On n’attendait pas Wim Wenders sur ce terrain-là. Celui de la complaisance à l’égard du pape François. Il aurait mieux fait de ne pas l’emprunter: son documentaire, Le pape François, un homme de parole, a tout du coup de com’ raté.


Mais qu’est allé faire Wim Wenders dans cette galère vaticane ? C’est ce que nombre de festivaliers cannois se demandèrent cette année en découvrant le nouveau documentaire du cinéaste allemand, Le Pape François : un homme de parole. Par le passé, il s’est intéressé avec talent aux univers artistiques de la chorégraphe Pina Bausch ou du photographe Sebastião Salgado. Mais dans le cas présent, il a curieusement répondu aux sollicitations du Vatican, via sa société de production audiovisuelle. S’est ensuivi un marchandage entre le cinéaste et son commanditaire coproducteur, fondé, nous dit-on, sur l’extrême liberté du premier et l’ultra bienveillance du second, prêt à fournir qui plus est toutes les archives nécessaires. Au bout du compte, les deux hommes se sont rencontrés à quatre reprises, Wenders insistant sur sa volonté de recueillir des « paroles inédites du souverain pontife ».

Du Wim de messe

Dix heures d’entretien au total, mais pour quel résultat ? Assurément aucune révélation, aucun angle novateur, aucune surprise, bonne ou mauvaise. Ce que l’on voit, ce que l’on entend n’est pas de nature à faire changer d’avis celui qui croit à ce pape et celui qui n’y croit pas. Ce qui, soit dit en passant, va certainement à rebours de la démarche initiale du Vatican.

Cette prestigieuse opération de communication devait infléchir les doutes des plus critiques et convertir les plus réticents. Le pape François, excellent produit moderne, aurait dû tenir avec ce film son meilleur plan de com. Certes, le pape répond sans détour aux questions posées, même celles qui pourraient fâcher, pédophilie à l’intérieur de l’Église en tête. Tout est broyé dans une

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2018 - Causeur #60

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite