Quand l’anti-sexisme verse dans la ségrégation


Ce qui est réjouissant avec les médias qui se font les porte-étendards du gauchisme culturel, c’est qu’on tombe chaque jour sur des pépites magistrales qui révèlent l’avancée de la «woke culture» dans notre pays! On le sait maintenant: le «woke» est cette idéologie qui essentialise la race et le sexe.

Elle repose essentiellement sur une posture victimaire, qui permet de censurer et d’excommunier tous les bourreaux oppresseurs, c’est-à-dire ceux qui pensent en dehors des clous progressistes.

Des soirées de dégustation ouvertes à tout le monde sauf aux hommes 

Dernier exemple en date du phénomène, le 10 février Libération fait état de cours d’œnologie réservés aux femmes et aux personnes queers.

C’est l’idée de Delphine Aslan, sommelière et caviste de formation, laquelle a fait du fût son instrument de lutte pour défendre non pas l’appropriation chinoise de nos vignobles, mais la cause féministe et LGBTQT etc… Dans l’interview publiée, on apprend que cette rebelle a créé une association baptisée Oenologouine, pour lutter contre le sexisme et la lesbiennophobie dans le milieu du vin. Comment s’y prend-elle ? Elle organise dans des bars ou à domicile – en ce moment c’est plutôt chez les particuliers – des «soirées de dégustation ouvertes à tout le monde sauf aux hommes». On appréciera le formidable oxymore sur l’ouverture limitée à des happy few, contradiction qui révèle le caractère schizophrénique de ces idéologies des identités capables de prôner un discours sur l’inclusion vertueuse tout en pratiquant une exclusion honteuse, et sans que personne ne bronche!

A lire aussi: Les Anglais laissent tomber le T

«L’idée est de découvrir le monde du vin, dans une ambiance décontractée, sans sexisme, ni paternalisme» explique Delphine Aslan. Par «peur d’être méprisées, isolées, gênées», les «femmes queers et lesbiennes» ne se rendaient pas à des ateliers d’œno

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite