Michael Bloomberg s’est lancé dans la course à l’investiture démocrate. L’hypothèse de  le voir succéder à Trump n’est donc pas exclue. Les Américains ne haïssent pas les riches.


Un milliardaire va briguer l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle américaine de 2020. Son nom: Michael Bloomberg. Sa fortune n’a rien à envier à celle de Trump. Le chiffre d’affaires de son agence de conseils financiers est de 10 milliards de dollars.

En outre, il possède un groupe de presse et plusieurs chaînes de télévision. Il a déjà investit plus de 30 millions de dollars pour des clips publicitaires de campagne. Michael Bloomberg possède deux atouts essentiels pour être président aux États-Unis. Il a été trois fois maire de New-York. Et son ascension est le résultat d’une success story comme les aiment les Américains: fils d’un immigré juif de Biélorussie, il s’est fait par lui-même.

A gauche, un modéré


On connaît la célèbre distinction entre un Américain et un Français. Le premier voit un riche en Rolls-Royce et se demande comment il va faire pour en avoir une, lui aussi. Le second, face au même riche, s’interroge sur la meilleure façon de l’éjecter de sa somptueuse voiture. Ainsi en est-il de la démocratie en Amérique…

A lire aussi: Howard Schultz, caricature de l’anti-Trump

Michael Bloomberg est un modéré. Ce qui lui vaut les foudres de la partie la plus à gauche des démocrates et l’hostilité farouche de leur frange « indigéniste » qui aime l’islam et déteste Israël. Ses dollars ont eu déjà eu le don d’énerver un de ses rivaux: Bernie Sanders, qui l’accuse d’acheter son élection avec de l’argent. Dollars contre dollars. Ceux de Bloomberg (s’il est investi par son parti) contre ceux de Trump: la bataille promet d’être riche – sans jeux de mots – et féroce.

Le dilemme de la bonne presse

 

Si par hypothèse Bloomberg devenait le prochain président des États-Unis, il sera intéressant de scruter les réactions des journaux français orientés à gauche.

A lire aussi: Pour 2020, les feux sont au vert pour Trump

Comme ils détestent Trump, ils seront tenté d’applaudir avec enthousiasme son vainqueur.

Mais quelque chose les retiendra peut-être: Bloomberg est milliardaire et pro-israélien. Cruel dilemme…

Lire la suite