Burkini Marks and Spencer. @Handout

Drôle d’été que celui de 2016, avec son terrible mois de juillet noir et son août tout de polémiques furieuses, d’invectives et d’insultes autour du burkini. Essayons de comprendre ce qui s’est produit et a peut-être modifié le paysage politique.

Le moment n’est pas anodin : les vacances d’été sont une institution française conquise par des luttes sociales de belle mémoire populaire. Dans son camping des Landes, son VVF des Alpes, son mobil-home d’Auvergne, sa campagne dont il peut enfin profiter, ou dans sa cité où il a dû rester, chacun va vivre un moment très français. Et c’est en ce moment qu’il a été agressé de façon barbare. Par l’assassinat d’un couple de policiers, puis par le plus atroce des massacres dans une foule populaire qui profitait de la douceur d’une soirée pour assister au feu d’artifice de la fête nationale. Et enfin, par le meurtre d’un prêtre de 86 ans, Don Camillo français, en train de dire la messe. Trois attaques meurtrières visant trois évidents symboles, la famille, la fête nationale, la religion chrétienne.

Lire la suite