Service minimum, côté français, pour les 10 ans des traités de Lancaster House. Un tweet d’Emmanuel Macron et c’est tout. Pas question de célébrer avec faste, en plein Brexit, cette alliance stratégique franco-britannique. Ni de risquer de contrarier nos amis allemands. Elle est pourtant fondamentale.


Le 2 novembre 2010, le Premier ministre britannique David Cameron et le président français Nicolas Sarkozy signaient les traités de Lancaster House (également appelés traités de Londres). Deux textes purement bilatéraux, s’extrayant du carcan de la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) de l’Union européenne créée par le traité de Maastricht (1992) et amplifiée par le traité de Lisbonne (2007), virtuellement du moins, car il n’y a pas de politique étrangère de l’Union européenne.

Des traités utiles pour la défense

La nouvelle Entente cordiale est d’une tout autre nature. De quoi s’agit-il ? De rien de moins que de l’instauration d’une coopération de défense franco-britannique approfondie, dans le cadre d’un vaste « partenariat à long terme », dans les domaines pour le moins sensibles de la dissuasion nucléaire et des missiles de souveraineté, ainsi que de la montée en puissance de la force conjointe interarmées. Un rapprochement qualifié, à juste titre, de « sans précédent », prévu pour durer un demi-siècle, et parfaitement respectueux de la souveraineté des deux États.

Or, ces traités, qui n’auraient pu demeurer que des vœux pieux entre les deux principales puissances européennes si on les mesure à leur poids dans l’industrie de Défense (40% à eux deux), ont déjà, pour partie, des applications concrètes. Sur les treize domaines prévus, trois au moins ont connu des avancées.

Pour renforcer leur coopération dans la gestion des arsenaux nucléaires, Français et Britanniques ont prévu une installation commune à Valduc (Côte-d’Or), où sera « modélisée la performance des têtes nucléaires et des équipements associés, afin d’en assurer la viabilité, la sécurité et la sûreté à long terme ». Un Centre de développement technologique commun, situé à Aldermaston, dans le Berkshire, soutiendra ce projet.

La Force Expéditionnaire Commune Interarmées (CJEF), « adaptée à toute une série de scénarii, y compris des opérations de haute intensité », sera bientôt opérationnelle. Elle comprendra des composantes terrestre, maritime et aérienne, avec leurs états-majors associés, ainsi que la logistique et les fonctions de soutien. Il ne s’agira pas d’une force permanente, mais elle sera « disponible avec un préavis pour des opérations bilatérales » et, si les États le jugent nécessaire, pour des opérations de l’OTAN, de l’Union européenne, des Nations Unies ou autres.

Enfin, en matière de missiles, les deux pays se sont accordés pour « travailler à la mise en place d’un maître d’œuvre industriel européen unique » dans le cadre d’un « plan stratégique décennal ». Concrètement, il s’agit…

>>> Lire la fin de l’article sur le site de la revue Conflits <<<

Lire la suite