Home Politique Guillaume Peltier “fragilise”-t-il LR?

Guillaume Peltier “fragilise”-t-il LR?

Macron en campagne et LR en masochisme !

Guillaume Peltier “fragilise”-t-il LR?
Le député (LR) du Loir-et-Cher Guillaume Peltier, La Marolle en Sologne, septembre 2020 © Vincent Loison/SIPA Numéro de reportage : 00982079_000009

Pendant que le président Macron est en précampagne, les LR n’ont rien trouvé de mieux à faire que de se chamailler autour de la relation de leur parti avec le RN.


Macron en campagne et LR en masochisme ! Ce sous-titre m’est venu avant que j’aie le plaisir de lire Le Monde daté du 3 juin qui évoque aussi le fait que “Macron entre en campagne”. Similitude qui ne peut que me rassurer ! Le président de la République n’éprouve même plus le besoin de le dissimuler : en effet, il est reparti en campagne en commençant par la Dordogne. Il paraît qu’il veut prendre le pouls de la France pour s’assurer que la température du pays pourra lui garantir des lendemains qui chantent. À partir du moment où il va éviter soigneusement de se confronter à la réalité d’aujourd’hui – une nation qui chaque jour découvre avec stupéfaction qu’elle a des parts si fréquentes et violentes d’ensauvagement qu’elle craint d’être globalement gangrenée -, nul doute qu’Emmanuel Macron trouvera le moyen de conforter l’appréciation favorable de son mandat. Pendant que le président, avec un cynisme talentueux, va revivre, après l’avoir décidé, ce qui lui avait été imposé par les Gilets jaunes, que fait la droite intelligemment conservatrice ? Combat-elle le macronisme dont le point faible est, en principe, son point fort : le régalien, la police, la justice, l’autorité de l’Etat ?

Aperçu de la Une du quotidien le Monde du 3 juin 2021.

Bien au contraire. Des rapprochements étranges s’annoncent, qui semblent rendre grâce à un gouvernement pour ce qu’il a de radicalement antagoniste avec les convictions fortes d’une droite qui serait sûre de ses idées. Cette ambiguïté est déjà suffisante pour que LR, en plus, ne tombe pas avec une sorte d’entêtement suicidaire dans le piège tendu, moins aujourd’hui par la gauche qui s’en régale, que par LREM, le Premier ministre et des ministres ainsi que paradoxalement d’anciens LR tels Christian Estrosi et certains de ses proches.

Guillaume Peltier vilipendé par son parti

Pourtant, quand on voit avec quel sadisme la structure officielle de LR s’est acharnée sur Guillaume Peltier dont, parce qu’il n’est pas aimé, les propos au Grand Jury ont été déformés, on se demande par quel étrange détour ce parti n’a de cesse que de donner la main à ses adversaires. Sur une question concernant Robert Ménard, Peltier a admis avoir de l’amitié pour lui, souligné qu’il était un excellent maire de Béziers et qu’il partageait certaines de ses idées, tout en affirmant que LR n’était pas compatible avec le RN. Comme par hasard, on n’a mis en évidence que sa banalité sur Robert Ménard, qui n’avait rien de choquante. Christian Jacob lui a conseillé de “jouer collectif” en lui reprochant d’avoir “fragilisé” le parti. Les atermoiements de ce dernier n’y seraient donc pour rien?

A lire aussi: Causeur: le coup de gueule de Robert Ménard contre les maires écolos

De toute part, on a entendu que des digues s’effondraient, que l’inondation était imminente. Que ces absurdités renouvelées soient proférées par des adversaires de LR, soit. Ils n’ont que cette argumentation depuis des lustres. Mais qu’elles soient validées par Damien Abad – et d’autres de son parti – que personne n’a contraint à cette surenchère plus morale que politique, rend le processus totalement masochiste. Personne n’a le droit de leur demander des comptes sur ce plan et pourtant LR consent à en rendre sans cesse comme si ce parti acceptait d’être présumé coupable en raison de sa relation avec le RN, qui au demeurant ne devrait regarder que lui et ne pas être influencée par une mauvaise conscience instillée de l’extérieur. Faut-il donc en permanence surjouer l’indignation éthique alors que beaucoup de conservateurs, dont moi, savent bien pourquoi ils ne voteront jamais en faveur du RN: parce que l’essentiel de son programme est flou, imprécis, approximatif et impraticable. Est-on obligé, à partir de ce constat purement politique, de nier qu’il y a sur quelques thèmes régaliens – ceux que j’ai évoqués plus l’immigration – une concordance entre une droite forte et le RN ? Je ne vois pas en quoi ce serait scandaleux puisqu’aucun glissement majoritaire ne se fait vers lui alors que d’aucuns, en désaccord avec l’inaptitude régalienne du président et de LREM, ne se sont tout de même pas gênés pour les rejoindre.

Le fonds de commerce de notre garde des Sceaux

Je souhaiterais aller jusqu’au bout de ma pensée qui n’est pas de la provocation. Si LR, cette droite qui se rengorge en se qualifiant de républicaine tout en n’étant pas assez attentive à la qualité de son programme, considère que le RN n’est pas républicain, qu’elle le dise et exige son interdiction. Parce que, sinon, son attitude est absurde qui consiste à traiter le RN comme s’il était interdit, moralement illégitime, et n’était pas inscrit dans l’espace démocratique – et avec quelle multitude prête à voter pour lui en 2022 !, à cause de cette triste évidence que ceux donnant des leçons de morale aux LR sont les responsables exclusifs de sa montée. Est-il nécessaire pour ce parti de se flageller sur commande alors que sa rectitude démocratique et politique est entière et de se trouver, par exemple, sur la même ligne qu’Eric Dupond-Moretti dont c’est le fonds de commerce pervers, puisqu’il pourfend souvent grossièrement Marine Le Pen tout en faisant bénéficier le RN de ses attaques ?

A lire aussi, Elisabeth Lévy: Quand Maÿlis dégrafait son corsage

Je ne ferai pas la comparaison usée avec le communisme, l’extrême gauche et François Mitterrand. Pourtant il pourrait y avoir un peu de ça dans la mise au net de cette équivoque jetée dans les pattes de la droite et qu’elle semble légitimer par peur, lâcheté, doute sur son identité. Les leçons : intelligence, réalisme et habileté. Et le parti est seul maître de ses choix, personne n’a à les lui dicter. Il est clair que si l’obsession fondamentale, quasiment exclusive, de la droite classique est de répondre à ses ennemis qu’ils peuvent absolument avoir confiance en elle pour ce qui se rapporte au RN, elle ne reviendra jamais au pouvoir.

Le Mur des cons

Price: 18,90 €

14 used & new available from 10,90 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Quand Maÿlis dégrafait son corsage
Next article Le Graal du capitaine Nemo
Magistrat honoraire, président de l'Institut de la parole, chroniqueur à CNews et à Sud Radio.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération