Home Monde Derek Chauvin bénéficiera-t-il d’un procès équitable?

Derek Chauvin bénéficiera-t-il d’un procès équitable?

Derek Chauvin bénéficiera-t-il d’un procès équitable?
L'avocat de la famille de George Floyd, Ben Crump s'adresse aux médias, Minneapolis, 29 mars 2021 © Jim Mone/AP/SIPA Numéro de reportage : AP22553305_000012

Affaire George Floyd. Alors que le procès de Derek Chauvin s’est ouvert hier aux Etats-Unis, on peut craindre que la défense du policier soit inaudible. Elle pourrait mettre en avant la cardiomyopathie sévère dont souffrait Floyd, les fortes concentrations de fentanyl et les traces de méthamphétamines révélées par l’autopsie dans le sang de la victime, ainsi qu’un enregistrement vidéo d’avant l’intervention de Chauvin.


Tout le monde a vu les terribles images de la mort de George Floyd, maintenu neuf interminables minutes au sol par Derek Chauvin alors qu’il criait « I can’t breathe », ce qui fait du policier un coupable parfait. Mais les faits sont-ils aussi simples et Chauvin peut-il, dans l’ambiance Black Lives Matter aux Etats-Unis, bénéficier d’un procès équitable ?   

Les faits, d’abord, sont plus complexes que l’impression donnée par les images. George Floyd souffrait d’une cardiomyopathie sévère. Une de ses artères coronaires était obstruée à 90% et deux autres à 75%. L’autopsie a révélé dans son corps de fortes concentrations de fentanyl et des traces de méthamphétamines.  

Décès par arrêt cardiaque, pas par asphyxie

Cette dernière a d’ailleurs conclu à un décès non par asphyxie suite à un étranglement mais par arrêt cardiaque dont l’accusation soutiendra bien entendu qu’il a été provoqué par la prise de Chauvin et que rien ne justifiait que ce dernier la maintienne aussi longtemps. Et, de fait, quand on revoit les images, on ne comprend pas l’attitude de Chauvin alors que la foule présente lui signale la perte de connaissance de Floyd.

A lire aussi, Yves Mamou: Les soutiens idéologique et pécuniaire surprenants de « Black lives matter »

Cependant, l’accusé, qui est arrivé tardivement sur les lieux, ne pouvait pas savoir que Floyd était « chargé » et avait un grave problème cardiaque avant de s’asseoir sur lui et mettre un genou sur le côté de son cou. Une technique qui fait partie du manuel de formation de nombreuses polices aux États-Unis, y compris celle de Minneapolis et qui, utilisée à maintes reprises, n’a jusqu’à présent provoqué la mort de personne.

Floyd disait déjà “Je ne peux pas respirer” avant l’arrivée de Chauvin

Du haut de ses 110 kilos, Floyd, qui avait déjà été interpellé dans des conditions similaires, résistait à son arrestation pour usage d’un faux billet, refusant de monter dans la voiture de police. Dans d’innombrables vidéos sur le site Police Activity, on voit que c’est souvent cet élément qui fait dégénérer la situation[tooltips content=”Dans cet exemple, on voit comment une situation assez similaire à celle de Floyd peut dégénérer au détriment des policiers.”](1)[/tooltips] entre la police et le suspect.

Avant que Derek Chauvin n’arrive sur les lieux, la « bodycam » d’un des policiers[tooltips content=”A partir de 9’50″](2)[/tooltips] montre déjà Floyd disant en sanglotant “Je ne peux pas respirer”, tout en résistant aux deux policiers qui essayent de le mettre dans la voiture de patrouille, ce qui renforce la thèse de la défaillance cardiaque. Enfin, aucun élément ne permet à ce stade d’affirmer que Chauvin aurait agi autrement si George Floyd était blanc. 

Trois chefs d’accusation

Au plan, juridique, l’ancien policier fait face à trois chefs d’accusation : meurtre au 3ème degré (une qualification qui n’existe que dans trois États), meurtre au second degré et homicide involontaire (manslaughter).  

A lire aussi, reportage: Derrière les émeutes, une cible: l’Amérique de Trump

Pour prouver un meurtre au deuxième degré, les procureurs doivent convaincre les jurés qu’une agression grave a été commise par le policier Chauvin, et qu’elle a été un “facteur de causalité important” dans la mort de M. Floyd. Pour prouver un meurtre au troisième degré, les procureurs doivent seulement prouver que M. Chauvin a fait preuve d’immoralité, d’un « esprit dépravé sans considération pour la vie humaine »[tooltips content=”Au Minnesota, la définition précise est « without intent to effect the death of any person, causing the death of another by perpetrating an act eminently dangerous to others and evincing a depraved mind, without regard for human life »”](3)[/tooltips]. Cette dernière accusation est donc plus facile à établir, mais elle reste aléatoire et n’a été que récemment réintroduite par les procureurs qui, dans un premier temps, convaincus de la solidité de leur cause, l’avait écartée. Pour l’ancien professeur de droit de Harvard, Alan Dershowitz, les procureurs tentent ainsi de « sauver leur procès » tant ils ne seraient plus du tout certains d’obtenir la condamnation de Chauvin sur la base de seuls faits qui, on le voit, sont loin d’être évidents lorsqu’il s’agit de juger un homme.

Une indemnité record de 27 millions de dollars déjà versée à la famille

Reste la question du procès équitable. Aux Etats-Unis, la partie civile d’un procès intervient généralement après la phase pénale. Pourtant, alors que les débats ont commencé le 9 mars par la sélection des jurés, trois jours plus tard, le conseil municipal de la ville de Minneapolis accordait, à l’unanimité, à la famille de Floyd une indemnité record de 27 millions de dollars, reconnaissant ainsi la responsabilité de la ville et donc la culpabilité de Derek Chauvin. Personne ne s’est offusqué de cette manœuvre politique détestable pour peser sur le procès avant le déroulement de celui-ci. Qu’en est-il de la présomption d’innocence ? Suite à ce vote, deux jurés ont d’ailleurs déclaré qu’ils ne pouvaient désormais plus être impartiaux et ont été récusés. 

A lire aussi, Jeremy Stubbs: Quand une pseudoscience recycle les mythes raciaux

Et comment ce procès peut-il se dérouler dans la sérénité à Minneapolis ? Quel juré de cette ville qui a connu des semaines d’émeutes peut-il juger cette affaire avec impartialité ? Quel juré ne craindrait-il pas pour sa réputation, ses biens, voire son intégrité physique ou celle de sa famille s’il prononçait un verdict d’acquittement ? Le procès aurait, évidemment, dû être délocalisé dans une ville moyenne qui n’a pas connu d’émeutes et où les passions sont moins exacerbées. 

Ressentiment d’ordre racial

En temps normal, tant le procureur que la défense sélectionnent soigneusement le jury pour qu’il soit dans la mesure du possible composé de jurés sensés plus sensibles à leur cause respective. Dans le cas présent, les passions étant alimentées par un ressentiment d’ordre racial, la sélection du jury se révèle encore plus critique et semble tourner au décompte ethnique. Le résultat est un jury d’une composition inhabituelle pour Minneapolis, nettement moins blanc et plus féminin.

Le tribunal de Minneapolis est barricadé comme un camp militaire américain en Irak ou en Afghanistan. On espère que Chauvin aura droit à un procès équitable. Son acquittement ou une condamnation pour homicide involontaire ne semble pas incompatible avec les faits, mais susciterait l’indignation d’une grande partie de l’opinion pour qui la cause est entendue. Chauvin doit-il pour autant devenir le bouc émissaire, celui qui selon la théorie de René Girard apaise la colère de la communauté et canalise la violence, en l’occurrence empêche une nouvelle flambée d’émeutes à travers les États-Unis ?


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Patrice Jean: Bonjour tristesse
Next article Réunions interdites aux Blancs: notre civilisation en burn-out
Sénateur belge, ex-secrétaire général de Médecins sans frontières, ex-président de l’International Crisis Group

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération