Déconfinement: les Pères Ubu sont aux aguets. Lundi dernier, l’un d’entre eux n’est pas parvenu à assiéger Paris, malgré un excellent plan et quatre armées!


Jusqu’au 12 mai, j’avais oublié qui était Christophe Chalençon. Sur sa page Twitter, il se dit « engagé pour une politique noble ». Christophe Chalençon est forgeron, c’est une noble profession. À Sault dans sa belle demeure, il doit se rêver en gladiateur. Certes c’est moins bien qu’Hephaïstos, mais c’est mieux que Cétautomatix. 

« Assiéger Paris »

Sous la main de Ridley Scott, le preux Gladiator fait trembler l’infâme Commode. Au tour maintenant du forgeron de faire peur au perfide Macron! Et comme le vaillant Maximus, pourquoi ne pas tomber au front? Après tout la France comme Rome, ne vaut-elle le sacrifice d’un bon homme? Mais Chalençon n’est pas Gladiator, et Macron n’est pas Commode.

A lire aussi, Elisabeth Lévy: Les soignants sur les Champs-Élysées le 14 juillet? Drôle d’idée!

De fait sa dernière aventure fait plutôt songer au Père Ubu. Sous la plume d’Alfred Jarry, ce dernier jurait de tuer le Roi Venceslas après lui avoir marché sur les pieds. Avec un fier accent provençal, Chalençon parle de « lever quatre armées ». Et de la goûteuse Alsace aux vastes Pyrénées, le chevalier quinquagénaire veut « monter et assiéger Paris » pour « servir la bête dans le dialogue, dans le message de la vénerie ». C’est beau comme Le Chevalier au lion! « Nous allons lui mettre le dernier coup de dague et le tuer », ajoute-t-il. Voilà qui est plus limpide.

Ubu était paré de bonnes intentions

Contrairement à celui du Père Ubu, le coup d’État de Chalençon a tourné court. En route pour le Palais de l’Élysée, son fiacre s’est fait arrêter Place d’Italie. « Merdre ! », pesterait Père Ubu. « On s’est expliqué sur mes vidéos », confie pour sa part Chalençon, « bien reçu dans une cellule de trois mètres carrés », précise-t-il. « J’ai l’honneur de vous annoncer que pour enrichir le royaume, je vais faire périr tous les Nobles et prendre leur bien », annonçait le Roi Ubu. Après avoir fait passer les Nobles à la trappe, il décide de garder pour lui la moitié des impôts. Puis il tue lui-même les paysans qui ne peuvent pas s’en acquitter. Pourtant, il est « tout disposé à devenir un saint homme, il veut être évêque et voir son nom sur le calendrier ». 

Sous leurs armures de libérateurs se cachent nos Pères Ubu. Tel le forgeron Chalençon, ils sont parés de bonnes intentions. Suite au désordre sanitaire, ils pourraient être encore plus nombreux. Dans le marécage social qui nous guette, on les sent déjà fort heureux… Postés à gauche et à droite, ils guettent la moindre étincelle qui fera d’eux le prochain Roi. Et tout comme le Père Ubu, ils s’érigent en parangons de vertu. Certains se payent de bons mots, d’autres postent de belles vidéos. 

Rafler la mise

De retour dans sa Provence, Chalençon forge de beaux métaux. Pourquoi quand on a cette chance, galérer dans les terres d’Hidalgo? Nos éboueurs ont fort à faire, à ramasser masques et gants usagés, jetés au sol par des dégueulasses qui font de nos rues des pissotières. Eux ne font pas de vidéos mais ils font figure de héros. Nettoyer Paris en temps d’épidémie, ce n’est pas une tâche légère. Nos Ubu vêtus en Gladiator mettront-ils la main dans le cambouis? Ou se contenteront-ils de rafler l’or qui aura survécu à l’épidémie?

A lire aussi, Xavier Legay: Canal Saint-Martin, l’impensable a été commis

On dit que les Français sont mécontents de leur gouvernement, mais est-ce vraiment une nouveauté? Quand les armures des libérateurs autoproclamés tomberont, pas certain du tout qu’on y décèle un De Gaulle, ni même un Napoléon. En revanche on peut être sûr d’y trouver des Pères Ubu. Si d’aventure un d’eux montait sur le trône, nous regretterions notre Roi Macron.

Lire la suite