Home Brèves Christine Angot au musée Delacroix: l’oeuvre d’art, c’est elle !


Christine Angot au musée Delacroix: l’oeuvre d’art, c’est elle !

Le "grand écrivain" guidant le peuple

Christine Angot au musée Delacroix: l’oeuvre d’art, c’est elle !
Christine Angot à la première de "Un Beau soleil intérieur" à Paris, septembre 2017. SIPA. AP22109781_000001

L’histoire de l’art se porte mal. Cette noble discipline conjugue certes deux tares, l’histoire et l’art, autant dire ce que les chantres du nouveau monde haïssent le plus par les temps qui « courent ». Si son enseignement est sinistré, l’histoire de l’art résiste toutefois encore dans les musées grâce à ce qu’un communiqué du Centre Pompidou qualifiait récemment dans sa novlangue impayable de « présentiel » (comprenez : la contemplation des œuvres in vivo (sic) !). Las !

“Une femme au désert. C’est moi.”

Cette évidence ne suffirait pas partout à attirer le chaland. Conserver, étudier et exposer tableaux et sculptures n’est plus, bien souvent, que la cinquième roue du carrosse et l’événementiel prend désormais le pas sur le contenu. Dans cette dérive, les expositions bâclées à dessein médiatique sont aujourd’hui légion, mais le nivellement par le bas ne suffisant pas aux yeux de certains, la pipolisation a été appelée en renfort. Commissaires invités et autres cartes blanches : la promenade égocentrique d’une « personnalité » est devenue une tarte à la crème de la communication muséale. Dernier avatar de ce tic (en toc), l’invitation de Christine Angot au musée national Eugène-Delacroix atteint sans doute un sommet dans le grotesque. Qualifiée de « grand écrivain » (on a exceptionnellement renoncé à « écrivaine », craignant sans doute la tentation d’un bon mot), la chroniqueuse de Laurent Ruquier était ainsi appelée à sélectionner des œuvres qui l’ont « émue, surprise, intéressée, étonnée ».

A voir aussi: Alain Finkielkraut sur Christine Angot: “Comment a-t-on pu tomber si bas?”

Dans ce charmant lieu qui fut l’atelier de Delacroix, ce n’est donc plus l’œuvre du peintre qui compte, mais le regard de madame Angot, dont on ignorait qu’il intéressât qui que ce soit. Un seul exemple suffira à évaluer la hauteur de vue de l’écrivain auquel on a demandé de commenter les œuvres : devant la Madeleine au désert, l’auteur d’Une semaine de vacances écrit ces mots définitifs : « Oublions Madeleine. C’est une femme. Une femme au désert. C’est moi. » Cette modestie admirable est confirmée par le portrait de la commissaire, dû à Louise Bourgeois, accroché entre la Médée et une effigie de George Sand. Comme ces touristes qui se prennent en selfie devant la Joconde, madame Angot se contemple devant Hugo, Shakespeare et Delacroix. Mais rassurons-nous, cet épisode n’est que le premier d’une série dite « littéraire »; le prochain, consacré à l’orientalisme, sera organisé sous la direction d’une personnalité sans doute d’autant plus qualifiée en art qu’elle a raccroché ses crampons pour chausser des lunettes : Lilian Thuram.

Janvier 2018 - #53

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Paris n’est pas le cœur de la France
Next article Education: Blanquer brandit la science contre l’idéologie

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération