Traduit de l’anglais par Gisèle Abazon

De puissants courants idéologiques sont à l’œuvre en Europe, et les juifs vivent une situation de plus en plus précaire sur ce Vieux Continent où ils ne se sentent plus chez eux. On peut distinguer trois phénomènes à l’origine de leur sentiment d’insécurité : l’échec de l’intégration des musulmans, la résurgence de l’antisémitisme de droite et les mutations du libéralisme politique européen. Baignant dans le relativisme culturel, les pays européens rejettent aujourd’hui les particularismes nationaux, n’exigent plus des nouveaux arrivants qu’ils adoptent les normes et valeurs culturelles de la majorité et créent ainsi un climat favorable au terrorisme islamiste. Ayant adopté une culture « post-identitaire », l’Europe devient de plus en plus hostile à l’idée même d’un État juif. Cette situation place les juifs face à un dilemme profond : préserver leur attachement à Israël ou rejoindre le chœur de la critique européenne au détriment de leur propre identité.

À certains égards, ce dilemme n’est certes pas nouveau. Déjà, à la fin du xviiie siècle, au moment de l’émancipation civile du judaïsme d’Europe occidentale, lorsque les ghettos disparurent, les juifs affrontaient un choix similaire : vivre entre soi, en s’impliquant moins dans la vie de la cité, se convertir au christianisme et se fondre dans la majorité, ou encore renoncer à leur identité de peuple et cantonner leur pratique religieuse à la sphère privée, selon le principe formulé par Clermont-Tonnerre : « Il faut tout refuser aux juifs comme nation et tout leur accorder comme individus. »

Beaucoup de juifs ont choisi cette dernière option. En respectant scrupuleusement les conditions de ce pacte, ils se sont acclimatés à la nouvelle réalité. Quel que soit leur degré de croyance ou de pratique religieuse, ils sont restés des citoyens dévoués à leurs nations respectives, y compris dans les moments de tension.

*Photo : Matthieu Alexandre/AP/SIPA. AP21676854_000250. 

Partager
, militant des droits de l’homme, a passé neuf , militant des droits de l’homme, a passé neuf ans dans une prison soviétique. Il est l’auteur des ouvrages Le Cas de la démocratie : la force de la liberté pour vaincre la tyrannie et la terreur (2004) et Défendre l’identité : son rôle indispensable dans la ...