Bruxelles (AFP) – La Grande mosquée de Bruxelles a été entourée jeudi d’un périmètre de sécurité à la mi-journée après la découverte d’un paquet suspect rempli d’une poudre, et onze personnes ont été décontaminées de manière préventive, a-t-on appris auprès des pompiers.

« Un colis a été trouvé à l’entrée de la mosquée, à l’intérieur de la poudre a été retrouvée », a indiqué une porte-parole des pompiers sur place.

« Nous prenons toutes les mesures préventives au cas où ce serait de l’anthrax, mais c’est une mesure de précaution », a-t-elle souligné.

« Il n’y a absolument aucun danger pour personne », a-t-elle encore affirmé.

La Grande mosquée, gérée par l’Arabie saoudite, se trouve à deux pas du siège de la Commission européenne et du Conseil européen.

Deux pièces ont été isolées et onze personnes décontaminées par mesure de précaution. Il s’agit de neuf fidèles et deux policiers, qui étaient les premiers à intervenir. Ils ont été transportés à l’hôpital pour des vérifications.

« J’ai parlé au téléphone avec le personnel (de la mosquée) et on m’a dit que l’imam avait trouvé le paquet et qu’il avait des soupçons », a rapporté à l’AFP un fidèle, Mohamed Dahmichi, qui se tenait de l’autre côté de la rue pendant l’intervention des pompiers.

« Ce n’est pas bon. Avec tout ce qui se passe à Bruxelles en ce moment, j’ai peur de quitter la maison », a-t-il poursuivi.

D’autres mosquées de la région de Bruxelles ont reçu des menaces, notamment l’établissement Attadamoune de Molenbeek-Saint-Jean, qui a reçu en début de semaine des menaces de mort à l’encontre de la communauté musulmane signées par « l’Etat chrétien ».

Bruxelles se trouve en alerte maximale de menace terroriste depuis samedi, même si le métro et les écoles ont rouvert mercredi. D’importants dispositifs de sécurité sont installés dans la ville.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !