Cette année encore, des centaines de voitures ont été incendiées lors de la nuit de la Saint-Sylvestre. Mais le ministre de l’Intérieur, qui n’a pas publié de bilan chiffré, s’est « félicité » que tout se soit bien passé. Quand on brûle une voiture en France, mieux vaut ne pas porter de gilet jaune. 


Emmanuel Macron n’a pas finassé à l’occasion de la présentation de ses vœux. Que ce soit dans ses attitudes ou dans ses paroles, le message était clair. Au-delà des insultes habituelles adressées aux six à sept Français sur dix qui souffrent de sa politique et s’y opposent, il a confirmé que la seule solution à la crise de légitimité qui le frappe de plein fouet serait le recours à la répression. Flanqué d’une police qui a démontré sa capacité à la brutalité et la violence excessive, et surtout d’une magistrature aux ordres, il est fermement décidé à un tournant autoritaire.

Gilets jaunes, petits bras

« Moi j’ai dit bizarre ? Comme c’est bizarre. » Cette célébrissime réplique de Louis Jouvet s’applique à un des aspects significatifs de la Saint-Sylvestre que les médias aux ordres s’efforcent d’étouffer.

Effectivement, on peut dire bizarre en apprenant que pour la Saint-Sylvestre, des racailles auraient brûlé plusieurs centaines de véhicules. Bien plus que les gilets jaunes pendant toute la durée du mouvement, soit depuis le 17 novembre dernier. On peut dire aussi bizarre en apprenant le bilan des arrestations suivies de procédure judiciaire pour ces incendies volontaires dont il faut pourtant rappeler qu’ils sont qualifiés de « crime » dans le Code pénal. Zéro arrestation de ce type dites donc ! En effet, bizarrement toujours, les 100 000 policiers récemment mobilisés contre les couches populaires étaient invisibles, voire d’une mansuétude étonnante. Il fallait probablement qu’ils se reposent car il faut reconnaître qu’ils n’ont pas chômé quand il s’est agi de taper sur le populo des ronds-points.

Mantes ma jolie…

Malgré des recherches dans la presse et sur les réseaux, je n’ai vu, cette fois-ci, aucune photo ou vidéo des racailles incendiaires à genoux et mains dans le dos. Bizarre de chez bizarre quand même ? Les illégalités commises à l’encontre des lycéens de Mantes-la-Jolie, où pour poursuivre moins de 20 personnes responsables on en avait coffré 150 pour ensuite monter une opération en les photographiant et filmant illégalement avant de s’empresser de diffuser ces images tout aussi illégalement, ont pourtant été largement acclamées. De mes amies Élisabeth Lévy à Céline Pina en passant par Franck Crudo, ce ne fut qu’une clameur : « Bien fait pour eux ! »

A lire aussi: Elisabeth Lévy: les cons, ça excuse tout!

Mais dites-moi, chères amies et tout ceux qui vous emboîtent le pas, ne seriez-vous pas un peu gênés aujourd’hui d’être à ce point passé au travers et de n’avoir pas mesuré que cette mise en scène de Mantes-la-Jolie n’avait sûrement pas pour but de se mettre soudainement – après un laxisme et une complaisance plus que trentenaires -, à faire la chasse à tous ceux qui, à coups de violences, d’agressions, de vols, de trafics divers pourrissent la vie des gens qui sont contraints de vivre dans leurs quartiers ? Non, l’objectif était tout simple : intimider les gilets jaunes et habituer l’opinion à un niveau de violence répressive, policière ou judiciaire considérable à leur encontre.

Touche pas à ma racaille

Pour retrouver une telle intensité dans la répression que celle qui s’est déchaînée depuis deux mois, il faut remonter à très très longtemps. On l’a d’ailleurs bien vu : les racailles, dont on nous a baratiné qu’ils étaient la cible de la pantalonnade de Mantes-la-Jolie, n’ont pas été impressionnées plus que ça. Manifestement morts de peur, ces voyous ont, en termes de véhicules brûlés, plutôt maintenu leur niveau des années précédentes. Et à Mantes-la-Jolie même, lors des incidents de décembre, une seule voiture avait été incendiée. Cette fois-ci, les incendiaires ont porté le score à 12… Et pourtant, toujours aussi bizarrement, personne à genoux, pas de photo, pas de film ! Christophe Castaner, le roi du calcul mental s’agissant des participants aux manifestations des gilets jaunes, doit avoir cette fois-ci des problèmes avec les additions : le ministère de l’Intérieur est muet sur un bilan chiffré.

Avec Emmanuel Macron, le lumpen des quartiers peut y aller tranquille. D’ailleurs, comme on le sait depuis Karl Marx et sa Guerre civile en France, le lumpenprolétariat est toujours utilisé par les dominants. Si jamais, par extraordinaire, un incendiaire ou n’importe quel autre délinquant se faisait attraper par la police, il aurait le droit d’abord à une visite du président de la République dans sa chambre et ensuite à une belle pétition « urgence la police assassine » promue par la coopérative des « artistes » et des « intellectuels », tous ceux qui sont restés obstinément muets face à la révolte des pauvres et la répression violente qu’ils ont subie. Il y aurait ensuite toutes les chances que la seule conséquence judiciaire pour le délinquant soit une mention sur le casier judiciaire qui figurera aux côtés de la ribambelle de celles qui y sont déjà. Pas un seul jour de prison, celle-ci est réservée aux gilets jaunes qui ont osé se promener avec des lunettes de piscine.

« Classes laborieuses », classes haineuses, classes dangereuses ! Macron nous l’a bien fait comprendre dans ses vœux. La feuille de route est bien celle-là, les couches populaires après les avoir insultées, on va leur taper dessus.

Lire la suite