Mes bien chers frères, en ces premiers jours de carême, il m’a paru opportun de vous parler essentiellement religion. Mais rassurez-vous : comme j’ai lu Sodoma, il y aura aussi du cul !


Le rose pourpre du clerc

À la une du Point aujourd’hui : « Le grand secret, l’homosexualité au Vatican ». Et en pages intérieures, un dossier complet sur Sodoma, le « livre-événement » de Frédéric Martel.

À vrai dire, l’auteur ne découvre pas son sujet. Depuis une vingtaine d’années, il enchaîne les livres de révélation (pour ne pas dire les bouquins à scandale) sur les gays en France, dans le monde et ailleurs.

Mais ce coup-ci, fameux timing ! Surfant sur une actualité qui accable déjà de toutes parts une Église pédophile, « grâce à Dieu », et abuseuse de nonnes par surcroît, son pamphlet contre le lobby homosexuel au Vatican tombe à pic ! Traduit en huit langues, il cartonne partout depuis sa sortie simultanée dans vingt pays (y compris l’ex-URSS).

A lire aussi: C’est la lâcheté de l’Église qui a vidé les églises

Pour être juste, l’auteur ne s’est pas foutu de nous : quatre ans d’enquête, au terme desquels il aura recueilli, à l’en croire, les confidences de 1 500 ecclésiastiques, dont 41 cardinaux et 52 évêques. C’est en sa qualité de gay, précise-t-il, et sans hésiter à jouer à l’occasion la carte de la complicité, voire de la « séduction », qu’il a réussi ce miracle : se faire ouvrir grand les portes de la curie, réputées infranchissables, ainsi que le robinet des confidences les plus « hot » – avec leur lot de ragots invérifiables et de règlements de compte post-mortem.

Compte tenu de son engagement gay-athée-progressiste, le citoyen Martel ne s’est évidemment lancé dans cette vaste entreprise que pour conclure à son « intuition » originelle : l’hypocrisie consubstantielle à l’Église catholique, fondée sur le « Faites ce que je dis, pas ce que je fais ! »

Le comble de l’hypocrisie, affirme-t-il, est atteint par une camarilla de prélats « de la paroisse », qui s’adonnent en privé à ces pratiques « intrinsèquement désordonnées » avec d’autant plus de vigueur qu’ils les fustigent en public avec rigueur. Car les plus réacs sont aussi les plus obsédés, martèle Martel – sans pour autant préciser par quelle méthode il est parvenu à cette dernière statistique.

Dans la foulée, Super Freddie élucide même le mystère de l’impunité des prêtres pédophiles : tous « couverts » par une hiérarchie de « honteuses » tradis, qui se taisent de crainte de voir révélées leurs propres mœurs… « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette », etc.

Pour l’auteur, aucun doute : c’est bien la tartufferie schizophrénique d’une institution homophobe et en même temps homophile qui explique, de fil en aiguille, tous les maux de l’Église actuelle.

Une conclusion qui, en fait, n’est qu’un vulgaire CQFD. Appliquez à n’importe quel sujet une grille de lecture 100 % gay, et je vous fiche mon billet que vous trouverez, in fine, l’unique clé qui va avec !

Macron et le burn-out français

À vélo en podcast (et non l’inverse), j’entends sur France Culture un certain Vincent de Gaulejac, sociologue,

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2019 - Causeur #66

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite