Home Politique Un 14 juillet morose


Un 14 juillet morose

Un quatorze juillet sous la pluie et dans une ambiance triste

Un 14 juillet morose
Le président de la République Emmanuel Macron, hier © Jacques Witt/SIPA Numéro de reportage : 01027995_000013

Fallait-il voir hier un quatorze juillet comme les autres, ou un adieu? Il n’y avait rien à reprocher à notre magnifique défilé militaire, mais quelque chose n’allait pas.


« C’est une fête ? Non, Sire, c’est un au revoir. » Ainsi pourrait-on parodier la phrase célèbre de La Rochefoucauld-Liancourt, lancée à Louis XVI, un soir fameux de 14 juillet 1789. Car, enfin, quelle tristesse ce 14 juillet 2021 ! Non que quelque chose eût manqué au défilé traditionnel des Champs Élysées. Tout y était sauf le cœur. Et qu’on ne mette pas tout sur le dos du Covid ni sur le temps.

Dans la limite des masques disponibles

Le défilé militaire avait pour thème « Gagner l’avenir ». Drôle de titre ! Celui du feu d’artifice, ce soir, au pied de la tour Eiffel, c’est « La Liberté » : un classique. Si le bal des pompiers est annulé, le grand concert du Champ de Mars aura lieu—Japonais en moins. Un peu partout, il y aura des festivités : pique-niques citoyens, marches aux lampions. Le Louvre sera gratuit dans la limite des masques disponibles. Mais alors pourquoi tant de tristesse ?

A lire aussi: Macron: retour à l’anormal

Parce que la France est en distanciel avec son Roi. La Nation en fête ? Elle est fracturée comme jamais. Le patriotisme ? Les hampes sont là mais le cœur est en berne. La patrouille de France, empanachée de bleu, de blanc et de rouge est passée dans le ciel, avec ses deux clowns à bord, et l’estrade présidentielle avait les yeux au ciel. Les défilés se sont impeccablement dédoublés au pied de l’estrade. Le chef d’État, impeccable, est descendu saluer les troupes. Il a aussi félicité les choristes, lançant à tout le monde des « ça va, ne vous inquiétez pas ! » Et personne n’a dit : « Non, Monsieur le président, ça ne va pas du tout ! » Le mélange des genres final, douteux ? Le « en même temps » a fait long feu. Et dire qu’il va falloir se taper, en septembre, l’Arc-de-Triomphe emballé selon Christo ! Parce que ça ne suffisait pas qu’il ait été tagué.

Dessin du projet de l’artiste Christo ©André Grossmann / Christo and Jeanne-Claude – 2019 CHRISTO / AFP

Macron attendu à Lourdes

Lors de son petit bain de foule, le président a demandé que l’on allât chercher la première dame. Fatiguée, la première dame a marché sur les pavés au bras d’un garde du corps. Le président a caressé la tête d’un enfant, parlé à sa mère. La vérité est qu’il n’a pas réussi à « faire nation », le président. Faire des orphelins, il a su, en revanche. En regardant ce dédoublement de la parade et de la réalité derrière les barrières de fer blanc, je pensais aux deux tableaux de Monet et de Manet, peints le même jour, le 30 juin 1878, pour la fête nationale, en l’honneur de la République. « La rue Montorgueil » (Monet), peinte, au débotté, d’une fenêtre d’une maison, est pavoisée de drapeaux, vibrante de couleurs. « La rue Mosnier aux drapeaux » (Manet) est désolée. Ainsi, la France : là un spectacle, au-delà, un désastre.

Claude Monet, La Rue Montorgueil, 1878

A lire aussi: Voulez-vous savoir pourquoi Mélenchon ne s’est pas fait vacciner?

Edouard Manet, La Rue Mosnier aux drapeaux, 1878.

Demain, le couple présidentiel se rend à Lourdes. Prier la Vierge Marie de sauver la France au nom du Sacré-Cœur ? On connaît le vœu fait, par Louis XVI, à l’Assemblée, le 30 septembre 1791:  « Que la nation reprenne son heureux caractère ! » Faites vos jeux, rien ne va plus ! L’avenir n’est pas gagné, Monsieur le président.

La fabrique d´orphelins - Essai

Price: 12,90 €

15 used & new available from 6,00 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Facs, recherche: elles voient des machos partout !
Next article “Dictature sanitaire”, “Apartheid vaccinal”, “Shoah” : quand les réfractaires au passe sanitaire vont trop loin
Marie-Hélène Verdier est agrégée de Lettres classiques et a enseigné au lycée Louis-le-Grand, à Paris. Poète, écrivain et chroniqueuse, elle est l'auteur de l'essai "La guerre au français" publié au Cerf.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération