Colombey-les-deux-Eglises. Sipa. Feature Reference: 00669124_000034.

« Au secours, Jésus revient » titrent nos amis de Libération à quelques heures du second tour des primaires qui oppose François Fillon à Alain Juppé. Depuis que l’homme de la Sarthe a pris l’avantage sur le maire de Bordeaux, la guerre fait rage entre les deux camps mais pas seulement. L’ensemble de la classe politique et le microcosme médiatique a décidé de prendre part à la bataille en soutenant l’agnostique Juppé contre le catholique Fillon. Et dans un fol espoir qui confine au désespoir, voilà que l’on ressort l’épouvantail du religieux comme une objection dirimante au choix d’une large majorité de la droite de voir l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy concourir à la fonction présidentielle. L’Eglise catholique ne s’est-elle pas prononcée contre le mariage pour tous ? L’avortement n’est-il pas considéré comme un péché grave comme l’a récemment rappelé le pape François dans la droite ligne de ses prédécesseurs ? Et, au risque de se répéter, Fillon n’est-il pas catholique ?

Juppé, catho à gémométrie variable

Etrange engeance que ce progressisme de la caste politico-médiatique. Prompte à fuir au devant, la tête pourtant systématiquement tournée vers l’arrière, aux aguets. Comme si le passé veillait le présent. Comme si les morts dirigeaient les vivants. Comme s’il y avait quelque chose dans le monde qui n’était pas du monde. Comme si les prières s’exauçaient et les miracles existaient. Comme si, en somme, le Christ était vraiment ressuscité. On ajouterait de l’ironie à l’ironie, on enchérirait que si le catholicisme à géométrie variable d’Alain Juppé lui-même et de bon nombre de ses soutiens aura fait bien fait chanter le coq trois fois, celui très prudent de François Fillon n’aura pas pour autant réveillé Lazare de Béthanie.

Fillon, chestertonien malgré lui?

Les têtes de gondole de l’idéologie dominante ont beau se contorsionner dans une posture digne de celle de la Lanterne, elles sont hors-sujet. Qu’on le veuille ou non, ce n’est pas un catholicisme de combat qui anime les gens ordinaires mais la volonté d’un retour aux valeurs d’une France qui fut. Qu’on le veuille ou non, ils ne rappellent pas à eux l’Eglise, mais le clocher, le bistrot et l’atelier de la place du village. Qu’on le veuille ou non, ce ne sont pas des règles monastiques qu’ils réclament, mais ce que Orwell appelait de la « common decency », ce sens commun qui nous avertit qu’il y a des choses qui ne se font pas. Le progrès parlait d’un vivre-ensemble que l’on n’a jamais vu, sinon dans l’entre-soi ; le conservatisme en revient à la famille, ultime refuge dans un monde impitoyable, « dernier bastion des modes de pensée et du sentiment précapitalistes » selon l’analyse de Christopher Lasch. « Nous voulons retourner dans l’ancienne demeure / Où nos pères ont vécu sous l’aile d’un archange », semble en définitive chanter une certaine France avec Houellebecq dans sa Poursuite du bonheur. Dans cette critique des mutations métaphysiques détruisant les ordres séculaires, le christianisme médiéval interprété comme un système théologique complet de l’homme et de l’univers dans un gouvernement des peuples ou le distributisme d’un Chesterton refont surface. Et qu’on le veuille ou non, François Fillon, peut-être même malgré lui, incarne cela. Reste à savoir si ceux qui n’ont su prévoir le Brexit, les élections américaines et même l’extraordinaire poussée du député de Paris sont à même de comprendre que nonobstant sa foi qui ne regarde que lui, l’homme entend simplement rendre à la France ce qui est à la France.

Lire la suite