Dans Nos vies formidables, sorti le 6 mars au cinéma, Fabienne Godet met en scène la vie de pensionnaires d’un centre de désintoxication. Overdose de réalisme. 


Non, elles ne sont évidemment pas formidables les vies des protagonistes de cette grosse fiction française en forme de reportage immergé dans un centre de désintoxication de diverses addictions. Il y avait hier des films de gladiateurs, il y a désormais des films de réunions de patients en détresse. Avec son lot de cris, de crises, de larmes, de crises de larmes et de larmes de crise. Mais aussi de sourires bienveillants et de paroles thérapeutes qui soignent, réparent

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2019 - Causeur #66

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite