Home Culture “Nos vies formidables”: le cinéma français dépendant de la compassion


“Nos vies formidables”: le cinéma français dépendant de la compassion

Fabienne Godet abuse de réalisme dans son film de toxicos

“Nos vies formidables”: le cinéma français dépendant de la compassion
"Nos vies formidables" de Fabienne Godet ©Le Bureau Films

Dans Nos vies formidables, sorti le 6 mars au cinéma, Fabienne Godet met en scène la vie de pensionnaires d’un centre de désintoxication. Overdose de réalisme. 


Non, elles ne sont évidemment pas formidables les vies des protagonistes de cette grosse fiction française en forme de reportage immergé dans un centre de désintoxication de diverses addictions. Il y avait hier des films de gladiateurs, il y a désormais des films de réunions de patients en détresse. Avec son lot de cris, de crises, de larmes, de crises de larmes et de larmes de crise. Mais aussi de sourires bienveillants et de paroles thérapeutes qui soignent, réparent, consolent.

Réalisme de plomb

Le processus est toujours le même : certains se sortiront du cycle infernal de la rechute, d’autres y sombreront corps et biens. Et l’héroïne (sans jeu de mot, s’il vous plaît) finira par découvrir que si elle se drogue, c’est qu’elle fut abusée. Et voilà comment, madame, monsieur, on adjoint aussi le film de victimes de la pédophilie à l’autre genre susnommé. Coup double et compassion assurée. Pas certain que le cinéma sorte grandi de cette vogue où tout se joue à coup d’histoires vraies et autres ateliers d’expression et de mises en situation réelle.

Du nécessaire et beau « mentir vrai », on passe insensiblement au triste « dire vrai », sous couvert de fausse fiction et au bénéfice d’un mensonge qui consiste à noyer l’artifice du cinéma sous la chape d’un réalisme de plomb. Chaque film devient alors comme le dossier en images d’un débat de société. Loin du cinéma et tout près du talk-show télévisuel.

Mars 2019 - Causeur #66

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Carlos Tavares contre le Parti unique de la voiture électrique
Next article “Les gilets jaunes que je connais sont des super-héros”
Critique de cinéma. Il propose la rubrique "Tant qu'il y aura des films" chaque mois, dans le magazine

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération