Quelques uns des télégrammes diplomatiques révélés par Julien Assange dressent un portrait accablant de cette organisation turque, dont la ville de Strasbourg veut subventionner une mosquée.


27 mars 2004. Les électeurs turcs s’apprêtent à voter aux municipales. L’AKP devrait engranger les succès, pronostique un diplomate américain en poste à Ankara. Bien vu. Le parti de Recep Tayyip Erdogan confirme à cette occasion son statut de force politique dominante en Turquie. Revenant sur les racines politiques et idéologique de l’AKP, le diplomate livre son analyse du mouvement Millî Görüs (« vision nationale » ou « vision de la communauté », en turc). Celui-ci est en quelque sorte la matrice d’où l’AKP est sorti. C’est « le creuset de l’islam politique turc », écrivait l’enseignant chercheur Jean Marcou.

A lire aussi, Elisabeth Lévy: Strasbourg: la mosquée de la conquête

Outre-Rhin, Millî Görüs est considéré comme un « archétype d’hypocrisie »

Dans la mesure où le télégramme (référencé 04ANKARA1842_a) était classé confidentiel, le diplomate s’exprime sans fard. Fondé par l’ancien premier ministre Necmettin Erbakan, Millî Görüs est selon lui « un cas classique de loge secrète turque à deux visages ». D’un côté, elle se présente comme « le vrai chemin vers l’islam », développant une « rhétorique pleine de références nostalgiques au califat et à la tolérance supposée de l’empire ottoman », tout en « baignant dans la paranoïa et les clichés anti-américains, anti-chrétiens ou anti-alévi », avec une touche de conspirationnisme et d’antisionisme. « D’un autre côté, poursuit le diplomate, son vrai moteur est plutôt un mélange « d’opportunisme exacerbé », de « ruse orientale », et « d’intérêt matériel bien compris ». Vu de l’ambassade américaine, ses actions sont « loin des normes spirituelles et ascétiques que sa rhétorique sur la charia évoque ». En deux mots, Millî Görüs est un « archétype d’hypocrisie ».

A lire aussi: Charte de l’islam: nécessaire, mais très loin d’être suffisant

Un autre télégramme américain, datant du 26 juillet 2010, analyse la manière dont le ministre de l’Intérieur allemand Thomas de Maizière (à cette fonction de 2009 à 2011, puis de 2013 à 2018) a tenté de liquider le mouvement en Allemagne. Des documents internes de l’Intérieur décrivent Millî Görüs comme une organisation tenue par des « fondamentalistes prétendant agir légalement », explique la note de l’ambassade. Le problème est que le gouvernement allemand ne peut pas le prouver et doit donc agir indirectement. « Tout comme les autorités américaines ont réussi à mettre Al Capone en prison pour fraude fiscale », l’idée est de faire tomber Milli Görüs pour « malversations financières ». Rusé, mais

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite