Home Politique Strasbourg: la mosquée de la conquête

Strasbourg: la mosquée de la conquête

Strasbourg: la mosquée de la conquête
Le chantier de la mosquée à Strasbourg, mars 2021 © Jean-Francois Badias/AP/SIPA Numéro de reportage : AP22551720_000004

Proche d’Erdogan, l’association Milli Gorus se félicite de construire « le plus grand monument islamique d’Europe » à Strasbourg, avec l’aide de la mairie qui subventionne le chantier à hauteur de 2,5 millions d’euros. Analyse.


Tous ceux qui se pincent le nez quand on leur parle des tentations hégémoniques de l’islam – ou d’un certain islam – doivent visionner d’urgence la vidéo de promotion de la mosquée Eyüp Sultan de Strasbourg. Pour appâter le donateur, ces fiers bâtisseurs font preuve d’une insistance lourdingue sur la taille de l’édifice, « le plus grand monument islamique d’Europe », est-il mentionné plusieurs fois. On voit alors défiler une image de la Tour Eiffel. Comprenne qui voudra. 

Une mosquée de 14 étages

Le vote, par la municipalité écolo, d’une subvention de 2,5 millions d’euros au chantier, le 22 mars, a suscité un chœur de protestations outrées et de plaidoyers pour la République-qui-ne cèdera-pas, surtout dictés par le désir de nuire à des adversaires politiques (qui le méritent bien d’ailleurs) ou par celui de s’adapter à l’air du temps. Sauf que le financement public n’est que la cerise sur ce gâteau indigeste – on n’ose parler d’étouffe-chrétien. Tout d’abord, les dirigeants de cette mosquée représentent à la fois une tendance de l’islam de France et un mouvement missionnaire turc proche du pouvoir (Milli Gorus). Alors que les relations entre Paris et Ankara sont glaciales et que le président turc se verrait volontiers en Saladin des musulmans d’Europe, dont beaucoup, notamment dans la jeunesse, le tiennent pour un héros, cette double appartenance n’est pas un vecteur d’influence, mais d’ingérence. Rappelons que, pour Recep Tayyip Erdoğan, l’assimilation est un crime contre l’humanité. On a donc quelques raisons de soupçonner ses porte-flingues en Alsace de confondre pays d’adoption et terre de mission. Surtout quand on sait que la mosquée Eyüp Sultan, à Istanbul, fut la première bâtie après la chute de Constantinople en 1453[tooltips content=”Que Gil Mihaely soit remercié pour cette information.”](1)[/tooltips]. Autant dire que ce nom est synonyme de conquête.  

A lire aussi, Céline Pina: Strasbourg: quand Jeanne Barseghian s’abrite derrière le concordat pour financer l’islam politique

C’est le projet même de bâtir en France un monument islamique aussi gigantesque qui aurait dû faire scandale : 14 étages, deux minarets de 36 mètres, 30 coupoles, la nouvelle mosquée sera, précisent les communicants, « la fierté des musulmans ». Nul ne voudrait, bien sûr, que les musulmans éprouvent de la honte. Sauf qu’en l’occurrence, l’antonyme de la fierté serait plutôt la discrétion. Le choix de l’ostentation architecturale montre que les dirigeants de l’islam turc (et probablement de tout l’islam de France) ne se voient pas comme les représentants d’une culture minoritaire appelée à s’intégrer à un pays et à un peuple lui préexistant, mais comme ceux d’une communauté dotée des mêmes droits que toutes les autres dans l’espace public. Pour eux, la culture française ne saurait bénéficier d’un quelconque droit d’aînesse. On ne saurait pas plus attendre d’eux qu’ils prennent en considération les inquiétudes que suscite chez leurs concitoyens le séparatisme islamiste. Au contraire, elles sont une preuve supplémentaire des torts faits aux musulmans.  

Les dégâts du multiculturalisme

Quant à nos gouvernants, ils ne disposent pas de la boite à outils idéologiques qui leur permettrait de contrer cette prétention à la visibilité pour la bonne raison qu’ils n’ont cessé de la flatter – récemment encore, quand le président a demandé qu’on dresse une liste de Français issus de la diversité pour baptiser rues et bâtiments. Erdogan et ses partisans ne font que pousser sa logique d’encouragement aux identités minoritaires dans ses ultimes conséquences. Le multiculturalisme, à la fois honteux et gentillet chez le Français, est sûr de son droit et dominateur chez le Raïs ottoman, les erdoganistes strasbourgeois et les escouades numériques qui relaient leur propagande. Dans leur vidéo, les responsables de la mosquée Sultan Eyüp exposent leur conception du vivre-ensemble, qu’ils entendent favoriser, précisent-ils, « en portant nos valeurs, notre culture, notre civilisation ». Il n’y a pas de place en France, ni d’ailleurs dans aucun pays, pour deux civilisations. Sur un territoire donné, l’égalité des cultures est un leurre. Il y en a toujours une qui veut être plus égale que les autres. À nous, citoyens français, de décider laquelle aura le dernier mot en France.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Selon la cour d’appel, Sandra Muller a eu raison de diffamer Eric Brion
Next article Thomas Clavel ou le deuil du regard
Fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur. Journaliste, elle est chroniqueuse sur CNews, Sud Radio... Auparavant, Elisabeth Lévy a notamment collaboré à Marianne, au Figaro Magazine, à France Culture et aux émissions de télévision de Franz-Olivier Giesbert (France 2). Elle est l’auteur de plusieurs essais, dont le dernier "Les rien-pensants" (Cerf), est sorti en 2017.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération