Home Édition Abonné Avril 2018 Lolita cherche “sugar daddy” (radins s’abstenir)


Lolita cherche “sugar daddy” (radins s’abstenir)

L'uberisation de la prostitution

Lolita cherche “sugar daddy” (radins s’abstenir)
Megan Fox dans le film "Jennifer's body" (Karyn Kusama, 2009)

Vous êtes jeune ? Bien faite de votre petite personne ? Vous n’avez pas froid aux yeux ? Mieux, vous avez, comme disaient nos grands-mères, le « feu au cul » ? Sachez que vous n’aurez pas forcément besoin de sentir la frite pour financer vos études. Avec un peu de chance, vous pourrez même éviter de finir esclave du tertiaire. Du reste, il est permis de douter que le rêve des jeunes femmes les plus désirables soit d’élever deux morveux, pendant que leur Jonathann d’époux s’égosille devant un match du FC Sochaux retransmis sur le câble.

Adopte un père

Mais pour y arriver, il faut s’y mettre tôt, de préférence avant d’avoir gagné une vilaine culotte de cheval. Aujourd’hui, la loterie de la vie porte un nom anglo-saxon : sugar daddy, du nom de ces bienfaiteurs âgés prêts à tout pour s’offrir une accorte compagnie à demeure. Ce qui autrefois relevait d’un artisanat délicat pour lolitas est devenu un véritable business mondialisé. De nombreux sites de rencontres spécialisés dans ces petits arrangements se sont lancés à l’assaut du marché de la « séduction ».

Les préliminaires s’y réduisent au strict minimum. Pour ces messieurs, la taille du compte en banque sera plus importante que celle de l’engin. Quant à ces demoiselles, il leur suffira d’afficher un joli sourire et un prix raisonnable pour trouver preneur. Il leur sera même possible d’y trouver un logement, quelques sugar daddies proposant des studios moyennant un loyer en nature. Romantique ! Que les féministes se rassurent : les jeunes hommes amateurs de femmes mûres ont eux aussi tout loisir d’allier travail et plaisir en offrant leurs services à des sugar mammas aventureuses.

Uber lolita

Une star anglaise de la profession a notamment déclaré avoir « gagné confiance en elle » en rencontrant des pygmalions intelligents à qui la vie avait réussi. Si elle n’a pas informé sa famille de la nature de son hobby chronophage, elle a invité des amies à suivre son chemin. Que ne ferait-on pas pour un sac Kelly ou une paire de Louboutin ? Après tout, pourquoi s’embêter à valider un cursus universitaire sans garantie d’emploi quand se mettre à l’horizontale permet d’obtenir un salaire à quatre chiffres ? Au fond, les seules à s’en plaindre sont les prostituées traditionnelles, menacées par l’uberisation de la profession.

Sociologie de la prostitution

Price: 10,00 €

18 used & new available from 10,00 €

Avril 2018 - #56

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Macron en Amérique: une visite pour la photo
Next article “Defend Europe”: l’identité n’est pas quelque chose de sale
Gabriel Robin est journaliste rédacteur en chef des pages société de L'Incorrect et essayiste ("Le Non Du Peuple", éditions du Cerf 2019). Il a été collaborateur politique

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération