A Bergame, j’ai entendu les cloches des églises sonner à toute heure. En Acadie, j’ai vu des foules en liesse chanter l’Ave Maria Stella. Et de retour à Paris, j’ai eu à me justifier en tant que papiste sur les dernières folies de François. A croire que Dieu m’a suivi partout. D’ailleurs c’est gentil de sa part, vu son agenda.


 

PIZZA VECCHIA

Dimanche 9 juillet

Charmant séjour à Bergame en compagnie de ma marraine, qui me reçoit dans sa maison de la Citta’ Alta. « Chargée d’histoire », comme souvent les vieilles villes, Bergame s’est notamment illustrée dans le Risorgimento ; elle est aussi la patrie du Tasse, de Donizetti, de Jean XXIII et de San Pellegrino.

À propos de saints, il semble y avoir ici autant d’édifices religieux que d’habitants. À elle seule, la piazza Duomo en compte quatre : le Duomo lui-même, autrement dit la cathédrale, la chapelle Colleoni, le baptistère Vescovado et l’étonnante basilique Sainte-Marie Majeure. Sa construction, inachevée, s’est étalée sur cinq cents ans, et ça se voit : extérieur roman, intérieur baroque. Avec tout ça, il ne reste plus beaucoup de place pour la place elle-même. Allez-y quand les cloches sonnent, c’est-à-dire tout le temps.

Tout ce qui vous arrive vous ressemble, comme disait Wilde, et mes déambulations au hasard des rues m’ont conduit de la via Pignolo à la via del Vagine – sans que j’ose jamais demander le sens de ce dernier mot (visiblement un faux-ami) en italien ou en bergamasque.

Il n’est pas toujours évident de retrouver son chemin dans le dédale de cette ville résolument pré-haussmannienne. Je me suis résolu à investir dans une carte détaillée le jour où, en désespoir de cause, j’avais abordé un couple d’Américains penchés sur la leur (de carte).

Dialogue en V.F. :

– Bonjour, la piazza Cittadella, s’il vous plaît ?

– Oh, des pizzas, vous en trouverez partout !

Dès le lendemain, muni de ma carte, j’ai pu retourner faire un selfie via Pignolo.

***

VANITÉ DES VANITÉS

Jeudi 20 juillet

Je pense souvent aux mille pages brûlées du Journal de Jules Renard. Dois-je poursuivre mon œuvre quand même ?

***

CATHOLIQUES ET FRANÇAIS TOUJOURS…

Mardi 15 août

L’Acadie, vous connaissez ? Une petite France du bout du monde, située pour l’essentiel au nord-est du Nouveau-Brunswick – le seul État du Canada à être officiellement bilingue. En tant que nation, l’Acadie n’existe pas et n’a jamais existé, sauf dans la tête et le cœur des Acadiens. Ça ne suffit pas pour siéger à l’ONU, certes, mais ça manque cruellement ailleurs…

À l’origine, les Acadiens sont des Français comme tout le monde, établis progressivement dans les « Provinces Maritimes » au cours du XVIIe siècle, après l’expédition de Champlain en 1604. Les problèmes ont commencé quand nos amis les Anglais – qui avaient hérité d

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2017 - #49

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite