Quantcast
Home Politique Gérald Darmanin, des paroles sans les actes?


Gérald Darmanin, des paroles sans les actes?

Causeur a lu "Le séparatisme islamiste", le petit essai du ministre de l'Intérieur

Gérald Darmanin, des paroles sans les actes?
© ELIOT BLONDET-POOL/SIPA Numéro de reportage : 01002501_000030

Mercredi soir face à Gérald Darmanin, Éric Zemmour a directement lié la montée du séparatisme islamiste à l’immigration. Dans son ouvrage médiatisé Le séparatisme islamiste, le ministre n’en dit pas un mot, préférant œuvrer à « réimposer la laïcité ». Causeur l’a lu.


Voilà Darmanin parti en croisade pour sauver la laïcité. Il était temps. Après avoir invoqué Aristide Briand, le premier flic de France nous sert un vibrant plaidoyer. Anaphores, métaphores et autres procédés littéraires faisant les joies des futurs bacheliers confèrent à ce désir de « faire tomber Satan comme l’éclair » une apparente sincérité. À travers cette prise de conscience de « la situation d’urgence que le pays connaît » face à l’islamisme, la plume du ministre est emplie d’une gravité qui n’est pas sans rappeler celle d’un Jaurès. Ce dernier fut un homme d’action. En 1914, cinq jours après son discours de Vaise, il paya de sa vie pour avoir tenté d’empêcher que la France ne sombre dans le chaos.

La laïcité pour les nuls

Sachons gré à Gérald Darmanin d’avoir choisi le prisme de l’histoire pour exposer la laïcité. La laïcité n’est pas tombée du ciel en 1905, ni même lors de la Révolution. De Henri IV à Philippe le Bel, de Grégoire VII aux Lumières, la laïcité est le fruit d’une confrontation entre le religieux et le politique très ancienne. Dès 1806, Napoléon s’attelle à l’assimilation des Juifs, ce que rappelle le ministre. « Une lutte pour l’intégration avant l’heure », glisse-t-il. Conviant Jean-Pierre Obin ou Régis Debray, Darmanin expose tout le bien qu’il pense de la laïcité. « Se battre pour l’application de la laïcité, c’est se battre pour la Nation », lâche-t-il. D’où la dissolution du CCIF et de Barakacity, fort bien.

A lire aussi, Renée Fregosi: Les fronts de l’islamo-gauchisme

L’islamisme « refuse catégoriquement la séparation du religieux et du politique », c’est « une idéologie antimoderne » où « toute altérité est rejetée », rappelle-t-il. Un tacle salutaire aux trop nombreux naïfs qui voient encore dans l’islamisme un combat légitime des laissés pour compte. Se référant aux travaux de Gilles Kepel ou d’Hakim El Karoui, il rappelle à quel point « la contagion islamiste gangrène nos quartiers sous la férule d’élus tantôt résistants, tantôt collaborateurs ». De quoi faire une union sacrée avec Causeur.

Un air de déjà vu

La laïcité est au cœur de la France. Avec pédagogie, le ministre expose en quoi le ciment de notre société dépend de l’application de ce principe législatif. L’islamisme n’est pas l’islam, rappelle-t-il, et le séparatisme n’est pas qu’islamiste. Mais à l’heure actuelle, le séparatisme le plus dangereux pour la survie de notre société est bien le séparatisme islamiste. Et ce n’est pas être antimusulman que de dire que « les musulmans, et la société avec eux, sont pris en otage par des idéologues se parant des habits de la religion pour mieux pousser une vulgate désireuse d’imposer ses normes à la société ».

A lire aussi, Cyril Bennasar: À la «French Pride», on se tient bien

Ttoutefois, Darmanin n’innove pas. Auparavant, d’autres hommes de pouvoir se sont livrés à ce type d’essai: en 2004, déjà, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, signait Les Républiques, les religions, l’espérance. En 2016, François Hollande s’exprimait sans filtre dans Un président ne devrait pas dire ça. Cet ouvrage valu à l’ancien président un bref séjour dans la « fachosphère ». Serait-ce pour éviter cette douloureuse stigmatisation que le ministre de l’Intérieur s’est engagé dans une lutte orageuse face à Génération identitaire? Tout porte à le croire. Mais que l’on partage ou non les méthodes ou les idéaux de « France blanche » de cette association, force est de constater que ses activités ne portent nullement atteinte à la laïcité.

Encore un effort…

À trop craindre d’être lâché par sa gauche, Gérald Darmanin pourrait bien passer à côté des combats qu’il prétend mener, notamment sur le terrain de la toile. Il prédit qu’ « il sera indispensable que les plateformes elles-mêmes se responsabilisent et prennent leur part pour réguler un espace virtuel qui catalyse, trop souvent, la montée des extrêmes ». A l’heure actuelle, un certain nombre de guerriers 2.0 œuvrent à un séparatisme insidieux grâce à internet. S’ils ne représentent pas forcément un risque direct pour notre société, ils embrigadent de nombreuses âmes n’ayant foi ni en nos institutions ni en la classe politico-médiatique.

« L’islamisme a gangrené tous les pays dans lesquels il a pu prendre une once de pouvoir […] Il a laissé derrière lui de la violence, du sang et des morts. Il est là aujourd’hui, en Europe. En France ». Un constat salutaire. Gérald Darmanin semble avoir pris la mesure de l’enjeu, il peut encore rentrer dans l’Histoire mais il doit faire vite. Les Français sont fatigués des beaux mots, les Français veulent des actes. D’après une étude Ipos, 63 % des Français estiment qu’ « il y’a trop d’étrangers en France ». Si les élections présidentielles avaient lieu maintenant, 20% d’entre-eux plébisciteraient le général Pierre de Villiers, 13% Eric Zemmour et 13%… Jean-Marie Bigard, révèle un sondage Ifop. Un grand coup de théâtre n’est donc pas du tout à exclure, Gérald Darmanin ne pourra pas dire qu’il n’a pas été prévenu.

Le séparatisme islamiste

Price: 10,00 €

32 used & new available from 1,20 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article En thérapie, un curieux malentendu
Next article Cantines de Lyon: le bal des faux-culs
Enseignant

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération