Christian Laborde s’offre Darrigade au sprint


C’est avant tout une question de respect. Un mot bien incongru dans notre actualité déclinante. Un de ces mots trop usés, trop essorés, trop affaiblis, dépossédés de toute sa symbolique par trente ans de laisser-aller, d’abandons et de résignation. Cet été, l’amertume a gagné la partie dans les rues de France. L’humeur n’est plus vagabonde, elle est rance. Inconsolables et masqués, nous avançons sans but, ni élan, pétris de protocole sanitaire, les mains desséchées par le gel hydroalcoolique, perclus d’incertitudes. Je parle ici de respect pour la performance, pour la saine douleur, pour des heures d’entraînement, pour cette sueur salvatrice, pour cette impossible victoire au sommet d’un col ou à l’issue d’un sprint à touche-touche, pour cette parenthèse enchantée de trois semaines au cœur des vacances, cette année, elle aura étrangement démarré aux prémices de l’automne. 

La vie en jaune

Et un berrichon à belles bacchantes y a déjà imposé son attitude bravache et son sens du tempo endiablé. Les légendes de la fable ronde, ces héros du Tour de France nous poussent à voir la vie en jaune et nous ramènent aux vérités essentielles de la tragédie grecque. Avec eux, il est question de temps, de lieu et d’action ; leur geste chevaleresque nous rend plus sensible à la brutalité du monde. Ils en portent l’écho lointain. Ils sont nos meilleurs rédempteurs face aux crises existentielles que nous traversons. Ils pédalent pour une couronne et aussi, pour nous faire oublier notre misérable statut de sédentaire, d’anémié télévisuel, de fainéant authentique, ils nous indiquent alors un chemin étroit, piégeux, ambigu, où le sacrifice est la monnaie quotidienne. 

A relire: Le maillot jaune a cent ans!

À défaut de les accompagner sur la route, en danseuse, nous les regardons, admiratifs et bêtes, heureux et reconnaissants de nous élever spirituellement. Les cyclistes, ces moines en cuissards, donnent leur véritable sens aux mots et à la langue, ils en extraient une pulpe fraîche,

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite