Home Culture Proust et le sadisme


Proust et le sadisme

Le billet du vaurien

Proust et le sadisme
Marcel Proust posant avec sa mère Jeanne et son frère Robert, vers 1895. ©Rue des Archives/Tallandier

Le billet du vaurien


Brassaï disait que bien plus qu’un roman sur la jalousie, l’amour, le temps ou la mémoire involontaire, La Recherche était un traité sur le sadisme. À une nuance près, et, sur laquelle Proust reviendra souvent, à savoir que seul un être vertueux, pétri de bons sentiments, peut devenir sadique, ou, comme il l’appelle, « un artiste du mal », ce qu’une créature entièrement mauvaise ne pourrait pas être, car le mal lui semblerait tout naturel. N’ayant ni le culte de la vérité, ni la mémoire des morts, ni la tendresse filiale, « il ne trouverait pas un plaisir sacrilège à les profaner. »

A lire ensuite: Proust: le scandale du prix Goncourt 1919

Sur la profanation, inutile de rappeler l’épisode de l’amie de Mademoiselle Vinteuil crachant sur la photo de son père, scène romanesque qui préfigure celle, bien réelle, où Proust incite dans un bordel pour hommes de petites frappes à cracher sur les portraits de sa mère.

Proust avait d’ailleurs rêvé d’écrire une pièce de théâtre sur le thème du sadisme. Et gardons-nous d’oublier l’article qu’il donna au Figaro sur « Les sentiments filiaux d’un parricide. » Il n’est pas une mère, observe-t-il, qui ne soit en mesure d’adresser ce reproche à son fils : « Qu’as-tu fait de moi ! Qu’as-tu fait de moi ! », exclamation rapportée par Proust et que pousse Madame Blarenbergh ruisselante de sang avant de s’effondrer poignardée par son enfant.

A lire aussi: Juif et homosexuel: Proust le maudit

Ce cri, je l’ai ressenti au fond de moi-même comme la plainte de ma propre mère quand je pénétrais en catimini dans sa chambre encore obscure où je la tirais du sommeil par un tonitruant et lugubre : « Ich bin der Tod ». Oui, que n’ai-je pas fait à ma pauvre mère ! Il est vrai que la lecture de Thomas Bernhard l’avait vaccinée. Et c’est en lisant Extinction qu’elle s’est endormie pour ne plus se réveiller. Elle goûtait beaucoup cette phrase de Thomas Bernhard : « Nous Autrichiens sommes la vie en tant que désintérêt général pour la vie. »

Je ne lui serai jamais assez reconnaissant de me l’avoir transmise.

Extinction: Un effondrement

Price: 12,50 €

10 used & new available from 11,00 €

À la recherche du temps perdu

Price: 35,00 €

17 used & new available from 35,00 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Désiré-Joseph d’Orbaix, le Belge oublié
Next article Les grands écrivains ont tous un vélo dans la tête

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération