Grâce à Anne Hidalgo, le centre de migrants de la porte de la Chapelle (18e arrondissement) va être déplacé dans l’ancienne mairie du 1er arrondissement de Paris. Forcément, en devenant une halte d’accueil pareille, le quartier va beaucoup changer.


Mairie du 1er arrondissement de Paris, Paris, France Photo Creative commons.

La ville de Paris ouvre un centre d’accueil dans l’ancienne mairie du 1er arrondissement. Anne Hidalgo l’a dit : « Dans l’ancienne mairie, nous installerons la halte humanitaire qui est ouverte depuis plusieurs années porte de la Chapelle. Paris continuera de jouer son rôle de ville refuge ».

Qu’il faille des endroits pour accueillir les gens qui sont dans la rue, c’est une évidence. Mais comment imaginer que le choix de ce lieu soit purement basé sur des considérations pratiques ? Personne ne peut avoir cette naïveté. La symbolique du lieu est tellement forte que cette décision apparaît vraiment comme un pur et simple acte de communication. C’est pourquoi il est intéressant d’entendre le discours que porte ce transfert de la Porte de la Chapelle vers le quartier du Louvre.

A lire aussi: Rejet massif des bigoteries d’EELV (sondage)

L’ancienne mairie du 1er arrondissement jouxte l’église Saint-Germain l’Auxerrois qui fut la paroisse des rois de France, et dont la partie la plus ancienne date du 12ème siècle. Elle fait face à la colonnade du Louvre qui ferme la partie est du palais. La mairie elle-même a été construite au 19ème siècle dans l’esprit architectural de l’église voisine. Entre la rue de Rivoli et les quais de la rive droite, nous sommes au cœur d’un quartier d’une grande beauté, d’un extraordinaire prestige, où soufflent l’esprit et la culture du Paris historique et artistique.

Pourquoi ce choix ? Parce que c’est un piège tendu à tous ceux que l’immigration inquiète, et que le laxisme, la lâcheté, face à la migration irrégulière indignent. Que nous dit-il ?

  • Les migrants doivent bénéficier du meilleur. Ils ont droit à notre plus grande sollicitude, et nous devons leur faire honneur en les accueillant dans un des plus beaux endroits de la capitale ;
  • Si vous êtes surpris, voire choqués par ce choix, si vous pensez que des endroits un peu moins prestigieux et sans doute mieux adaptés auraient pu être facilement trouvés, c’est que vous êtes raciste et xénophobe ;
  • Si vous craignez que ce choix n’entraîne à terme des nuisances dommageables à l’image de ce quartier touristique, c’est que vous avez des préjugés honteux.

Le piège est bien là.

A ne pas manquer, nouveau numéro: Causeur: le coup de gueule de Robert Ménard contre les maires écolos

Oser critiquer la création d’un centre de « réfugiés » face au Palais du Louvre, c’est critiquer la création de ce lieu humanitaire en lui-même, c’est donc vouloir laisser les gens à la rue. Impossible d’échapper à ce syllogisme. Donc je m’abstiendrai de dire que cette idée me paraît farfelue et provocatrice. Je ne veux pas passer pour un une âme insensible.

Lire la suite