Ce qu’il faut de nuit de Laurent Petitmangin fait parler un père dans une Lorraine oubliée et frappée de plein fouet par une crise qui dure depuis deux générations. 


Ce qu’il faut de nuit est le premier roman de Laurent Petitmangin, 55 ans, et nouveau venu sur la scène littéraire. Avant même sa sortie, les droits de Ce qu’il faut de nuit étaient déjà vendus à plusieurs éditeurs étrangers, sans doute parce que ce livre donne une des visions les plus justes qui soit des effets délétères de la désindustrialisation sur des régions entières. 

Petite musique poignante et calme

Le roman se déroule en Lorraine mais il aurait aussi bien pu se passer chez moi, c’est-à-dire quelque part entre Valenciennes et Lens, dans l’ancien bassin minier, ou du côté de Denain après la fermeture d’Usinor au début des années quatre vingt. Deux générations ont passé et les gens qui vivent là-bas, oubliés de tous comme on oublie une mauvaise action, évoluent dans des villes et des paysages transformés en théâtre d’ombres. Si Laurent Petitmangin, un moment sélectionné par le jury du prix Femina, en est à son premier livre publié, on peut néanmoins parier sans trop de risques qu’il a déjà derrière lui un certain nombre de textes dans ses tiroirs. Il suffit, pour s’en convaincre, de lire dans Ce qu’il faut de nuit un passage comme celui-ci qui est une assez bonne illustration de la petite musique poignante et calme que joue Petitmangin pour nous raconter une histoire dure sans jamais monter le ton mais en usant d’une forme de douceur paradoxale : « Août, c’est le meilleur mois dans notre coin. La saison des mirabelles. La lumière vers les cinq heures de l’après-midi est la plus belle qu’on peut voir de toute l’année. Dorée, puissante, sucrée et pourtant pleine de fraîcheur. »

Celui qui parle ainsi est un père de famille. Un veuf. Un ouvrier à la SNCF et un militant socialiste qui fait encore semblant d’y croire parce qu’être socialiste, à une époque maintenant lointaine, pour ces hommes-là, cela a été une mani

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Jleroy
Écrivain et rédacteur en chef culture de Causeur. Derniers livres parus: Nager vers la Norvège (Table Ronde, 2019), La Petite Gauloise (Folio Policier, 2019)
Lire la suite