Intimidations, pressions sur les fonctionnaires et les policiers, embrigadement des enfants dans les écoles, les indépendantistes catalans ont cherché à imposer la sécession régionale à une population qui n’en voulait pas. Deux ans après leur tentative de sécession infructueuse, ils continuent de remettre en cause le caractère démocratique de la nation ibérique.


Aux mois de septembre et octobre 2019, l’Espagne commémorait le deuxième « anniversaire » de la tentative de sécession de la Catalogne qui avait alors agité tout le pays.

A lire aussi: Espagne: ce collectif végan-féministe qui fait manger des œufs aux poules

À cette occasion, la discussion sur la qualité de la démocratie espagnole a connu un regain d’intérêt de toutes parts.

Les indépendantistes remontés

Traditionnellement, les indépendantistes catalans expliquent que l’Espagne n’a de démocratique que les apparences puisqu’elle n’accède pas à leurs désirs (et refuse notamment la tenue d’un vote sur la question sécessionniste). Les amalgames faciles parsèment allègrement les considérations de ce type. Bien évidemment, les indépendantistes font l’impasse sur tous les classements internationaux qui, année après année, placent notre voisin ibérique parmi les démocraties les plus abouties au monde.

A lire aussi, un coin plus calme: Ah, Séville !

Ils font aussi peu cas des multiples études qui ont été menées sur le caractère à la fois illégal et antidémocratique des décisions prises par la Généralité de Catalogne ces dernières années ainsi que de son discours sécessionniste. Par ailleurs, lorsque les plus hautes instances de l’Organisation des Nations unies (ONU) ou les divers tribunaux internationaux ont eu à se prononcer sur cette affaire, ils ont toujours donné tort au monde sécessionniste.

Le respect du droit en Catalogne en question

Les mêmes indépendantistes se font également très discrets concernant leurs propres violations des droits des citoyens catalans. Que ce soit les enfants en général (1), les élèves en particulier (2), les fonctionnaires (3), les juges (4), les artistes (5) ou la population dans sa globalité (6), tous ceux qui ont le malheur de ne pas communier dans la « religion » séparatiste (7) sont …

>>> Lire gratuitement la fin de l’article sur le site de Conflits <<<

Lire la suite