Home Politique Bilger sur le livre de Castelnau: “je n’ai pas dénoncé le corporatisme des juges pour accepter une vision si peu complexe de la réalité judiciaire…”


Bilger sur le livre de Castelnau: “je n’ai pas dénoncé le corporatisme des juges pour accepter une vision si peu complexe de la réalité judiciaire…”

Zemmour et Castelnau font de la politique sur la Justice !

Bilger sur le livre de Castelnau: “je n’ai pas dénoncé le corporatisme des juges pour accepter une vision si peu complexe de la réalité judiciaire…”
Philippe Bilger. Photo D.R.

Dans l’essai de Régis de Castelnau dont tout Paris parle[tooltips content=”Une justice politique, L’artilleur, janvier 2021″](1)[/tooltips], l’appréhension policière et judiciaire qui nous est donnée est un peu caricaturale, selon Philippe Bilger


Je réunis Eric Zemmour et Régis de Castelnau parce que le premier – dans le Figaro – a vanté le livre du second, Une justice politique, en approuvant sa thèse centrale que l’on pourrait résumer ainsi: depuis les années 90, il y a une montée du pouvoir des juges dont “l’activité judiciaire récurrente aurait été la chasse au politique… avec la chasse au Sarkozy après son élection en 2007, aggravée avec François Hollande et organisée avec soin comme outil politique décisif au service d’Emmanuel Macron”.

Eric Zemmour © Arnaud Meyer
Eric Zemmour © Arnaud Meyer

Les magistrats, avec leur émancipation, n’auraient eu de cesse que de se “payer” les politiques tout en étant, si j’ai bien compris le livre touffu et dense de Régis de Castelnau, soumis à eux. Cette explication a le mérite de la simplicité mais je n’ai pas dénoncé le corporatisme des juges pour accepter une vision si peu complexe, une ligne trop basique de la réalité judiciaire.

J’ai conscience, compte tenu de l’ignorance ou de l’idéologie de ceux qui jugent l’histoire judiciaire, de mener un combat perdu d’avance tant aujourd’hui il convient d’affirmer péremptoirement des idées fausses ou approximatives sur la Justice.

A lire aussi, Anne-Sophie Chazaud: Le réquisitoire brillant de Régis de Castelnau contre les turpitudes de notre Justice

D’autant plus quand elles sont proférées avec talent par Zemmour et souvent avec savoir par Castelnau. Si j’ai droit à un zeste d’ironie, je me sens démuni quand Régis de Castelnau rend un vibrant hommage au début de son ouvrage à Anne-Sophie Chazaud (qui a écrit par ailleurs un excellent livre, Liberté d’inexpression) qui lui retourne son compliment en louant “le brillant réquisitoire de Régis de Castelnau.” Qu’oser dire face à ce double enthousiasme qui semble ne pas laisser d’autre choix qu’un nouvel hommage ?

S’il y a eu les juges du pouvoir, il n’y a aucun gouvernement des juges

Eric Zemmour dont j’apprécie la vivacité, le courage intellectuel, la culture et son acceptation de tous les débats m’a permis de constater, à deux reprises sur CNews, à quel point il tenait à une interprétation dépassée de la Justice. Elle offrait le mérite, pour ses téléspectateurs en hausse, de flatter un populisme certes ennobli par son verbe et sa dialectique mais cependant limité et approximatif. Le populisme anti-juges de l’élite est le pire ! Mettant de la globalité là où il n’y en a pas et du partisan systématique quand il n’est pas le ressort fondamental des pratiques judiciaires. Eric Zemmour ne cesse de rappeler au soutien de sa thèse fustigeant la “politisation de la justice”, la harangue en effet scandaleuse d’Oswald Baudot, mais qui date de 1974… La Justice a avancé mais Eric Zemmour demeure concentré sur ce passé lointain et ne cesse de fustiger le présent au nom de ce qui n’existe plus – et j’intègre dans mon raisonnement le lamentable Mur des cons enfin achevé par la Cour de cassation: un Himalaya syndical et politique accouchant d’une souris pénale !

Zemmour et Castelnau ont cette faiblesse, qu’ils prennent sans doute pour une force, de plaquer sur l’histoire de la Justice une grille à tonalité marxiste : le premier l’a admis face à moi et le second a été longtemps au parti communiste, défenseur de la CGT et il a quitté le barreau depuis très peu de temps. Il est donc naturel que la conjonction de ces données aboutisse au désir d’une perception judiciaire éliminant tout hasard, offrant seulement l’implacable logique d’un enchaînement délétère et répugnant à tout ce qui, dans cette histoire de la Justice, viendrait victorieusement contredire leur thèse. Leur politisation a besoin d’une justice politisée et ils s’en donnent à cœur joie.

A lire aussi, Jean Degert: « Mur des cons »: pourquoi les pourvois ont été rejetés

Ils oublient une donnée essentielle : s’il y a eu les juges du pouvoir, il n’y a aucun gouvernement des juges. C’est un fantasme. Leur pouvoir, s’il existe, est infiniment fragile et donc à défendre plus qu’à stigmatiser. Non pas que le livre de Régis de Castelnau soit médiocre, bien au contraire. Il a des qualités indéniables dont j’ai la faiblesse d’avoir trouvé sur beaucoup de points des prémices dans mon propre livre Le Mur des cons, aussi bien sur la typologie des juges que sur le Mur des cons, les péripéties fondamentales de l’asservissement puis de la libération des juges et la parenthèse du massacre judiciaire de la victoire programmée de François Fillon.

L’auteur est doué pour la limpidité pédagogique et dans ses meilleures pages il expose l’évolution législative avec un savoir et une clarté qui pourraient être utiles même au profane. Tout n’est pas à jeter dans ses dénonciations et ses propositions finales même si le caractère systématique et orienté des premières leur fait perdre beaucoup de crédibilité. Pour les secondes, j’approuve en particulier son souhait partagé par certains de voir divisé le corps judiciaire en deux structures, Siège et du Parquet, celle qui juge et celle qui poursuit. Mais à côté de ces richesses, que de partis pris et de simplisme, que de contradictions avec une volonté forcenée d’apposer sur l’imprévisibilité du réel une grille dogmatique cousue de fil idéologique !

D’abord pourquoi réduire l’univers pénal à sa part “politique” comme si l’ordinaire estimable et majoritaire des pratiques ne pesait pas face à cette dernière ? Si Castelnau sait faire des portraits dévastateurs et à mon sens justifiés (Eva Joly, Eric Halphen), il est en revanche haineux et répétitif à l’encontre de Serge Tournaire et n’éprouve de l’indulgence, selon un seul critère, que pour des magistrats ayant, totalement ou partiellement, bien traité Nicolas Sarkozy. À l’égard de la multitude des procédures engagées contre Nicolas Sarkozy, il se fait son défenseur systématique et prétend les démolir toutes juridiquement avec une indignation dont on a le droit de se demander d’où elle provient.

A lire aussi: Lieuron et Aulnay-sous-Bois: notre laxisme sur le banc des accusés

À le lire, on a l’impression que malicieusement la magistrature a inventé de son propre chef tout ce qui, durant son mandat puis dans les années suivantes, a conduit à soupçonner Nicolas Sarkozy de diverses infractions dans des affaires dont certaines ont déjà abouti à des non-lieux, d’autres à des renvois et à un délibéré, une dernière à une enquête sur “ses millions russes” (Mediapart). Ce travers est généralement le fait de ceux qui reprochent aux procureurs leurs initiatives procédurales à l’égard des politiques comme si elles résultaient d’un dessein préétabli et partial de leur part alors qu’elles sont la conséquence d’éléments qui leur ont été communiqués et qui appellent vérifications, enquêtes ou informations. Fureur de Castelnau en l’occurrence d’autant plus étrange qu’à aucun moment, lui si soucieux de l’état de droit, si impitoyable à l’encontre de pratiquement tous les magistrats, tellement obstiné à soutenir sans nuance la cause des avocats, il ne fait la moindre allusion au dévoiement radical, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, du traitement des affaires “sensibles” ou “réservées” : quelques magistrats domestiqués par un pouvoir sachant user tactiquement de toute la gamme des pressions, des influences et des tentations.

Aussi comment ne pas sursauter quand Castelnau croit dégager une ligne de force qui serait “les avocats voilà l’ennemi” alors qu’on pourrait lui opposer son hostilité lassante et monomaniaque “Les magistrats, voilà l’ennemi” !

Par ailleurs, son analyse de la crise des Gilets jaunes et de son appréhension policière et judiciaire est caricaturale – bien sûr focalisation sur les seules violences policières, sans distinguer l’usage de la force légitime des rares violences illégitimes. Le plus grave à mon sens dans son approche d’une prétendue politisation globale de la Justice tient à une contradiction fondamentale. Après avoir mis en cause la validité, parfois même la légalité, des procédures concernant Nicolas Sarkozy, il égrène, pour accabler François Hollande et Emmanuel Macron, un certain nombre d’affaires disparates mais qui toutes ont pour dénominateur commun d’avoir été engagées, soumises à des enquêtes, pour certaines à des instructions, d’autres certes bénéficiant d’un classement, quelques-unes n’étant pas encore clôturées par une décision : ce qui démontre qu’au moment même où il dénonce la politisation des juges tout en fustigeant l’emprise du pouvoir, il dresse un inventaire qui pour le moins infirme son constat qui se serait voulu accablant.

Je pourrais continuer pour rendre compte de ce livre riche, intelligent, infiniment discutable, décelant des malfaisances sous les incuries, les négligences, les lenteurs et parfois peut-être les erreurs de droit, la main présidentielle derrière les aléas contrastés et imprévisibles du cours judiciaire. Pour réunir Eric Zemmour et Régis de Castelnau dans une même démarche unilatérale et donc imparfaite et fragmentaire.

Mais je préfère arrêter là avec cette conclusion : l’un et l’autre font de la politique sur la Justice.

Une Justice politique: Des années Chirac au système Macron, histoire d'un dévoiement

Price: 22,00 €

17 used & new available from 20,80 €

Liberté d'inexpression: Des formes contemporaines de la censure

Price: 18,00 €

11 used & new available from 17,99 €

Le Mur des cons

Price: 18,90 €

19 used & new available from 10,17 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Kamala Harris et Joe Biden: et ce n’est que le début…
Next article «Arbres de l’année 2020»: ils sont le calme et la sérénité qui nous ont tant manqué…
Magistrat honoraire, président de l'Institut de la parole, chroniqueur à CNews et à Sud Radio.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération