Home Société Le Covid accélère la vente en ligne de stupéfiants


Le Covid accélère la vente en ligne de stupéfiants

Bon an, mal an, le confinement est respecté dans les banlieues "sensibles"

Le Covid accélère la vente en ligne de stupéfiants
Le 25 mars 2020, opération de police dans le quartier de la Cité des Oliviers, dans le nord de Marseille ravagé par les trafics © CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Après des débuts très laborieux, le confinement en banlieue devient une réalité. Les dealers s’adaptent et développent la livraison à domicile, via les réseaux sociaux.


Cela n’aura pas été sans mal. À la Duchère, à Lyon, les affrontements entre jeunes et policiers chargés de faire appliquer le confinement ont duré une bonne partie de la soirée, le 16 mars. Dans le secteur des Hautes-Mardelles, à Brunoy (Essonne), où il y a eu de violentes émeutes en février, les policiers qui tentaient de vider les rues ont essuyé des jets de projectiles, le 19 mars. À la cité des fleurs, à Beauvais, le 24 mars, une policière de 23 ans a été gravement blessée à la tête par une brique, alors qu’elle intervenait avec ses collègues sur un attroupement d’une dizaine de personnes. Dans le quartier du Franc-Moisin, à Saint-Denis, une patrouille a été attaquée à coups de fusées de feux d’artifice tirées à l’horizontale, dans la nuit du jeudi 26 mars au vendredi 27 mars (les images sont spectaculaires, mais il n’y a pas eu de blessés).

Les banlieues ? Pas prioritaires pour Beauvau

Le 18 mars, selon le Canard enchainé, le secrétaire d’État Laurent Nuñez avait déclaré aux préfets de zones de défense, lors d’une visio-conférence, qu’il n’était “pas dans les priorités de faire respecter dans les quartiers les fermetures de commerces et de faire cesser les rassemblements ». De fait, les élus locaux ont semblé plus actifs que l’État. Le 23 mars, la maire PCF d’Aubervilliers, Meriem Derkaoui, a décrété le couvre-feu de 20H à 5H du matin. La préfecture lui a demandé de le retirer, faisant savoir que ce n’était pas “une réponse adaptée”, sans bien expliquer ce qu’elle préconisait. 

Le même jour, la maire de Vénissieux, Michèle Picard (également PCF), a rendu public un courrier adressé à la préfecture du Rhône, à qui elle demandait des renforts de police pour mettre fin aux parties de foot et aux barbecues en plein air, qui continuaient comme si de rien n’était. Elle n’en a pas eu.

A lire aussi: Coronavirus: Whatsapp contaminé

Alors que le mois se termine, les rues de certaines cités semblent néanmoins se vider. 

Les pages Facebook des différents comités de quartier de Seine-Saint-Denis parlent d’un calme inhabituel à Aubervilliers, Saint-Denis ou Clichy. Les trafiquants ont visiblement quitté le terrain. Sous l’effet du confinement, les clients se faisaient probablement rares. Les affaires continuent, néanmoins. De nombreux comptes de dealers ont été ouverts ces derniers jours sur Twitter (Jogplug420, Calebweed, Tomyweed ou Shop_weed…). Ils proposent des livraisons à domicile, avec fils WhatsApp et numéro de téléphone pour passer les commandes (voir encadré). Le coronavirus pourrait bien accélérer le transfert du trafic depuis la rue vers internet.

Et bientôt, le Ramadan…

Il y a bien sûr des zones d’ombre. Difficile de savoir si le confinement est réellement appliqué à l’Ariane, cité des faubourgs de Nice, ou encore à Valdegour, quartier en déshérence de Nîmes. Dans cette plaque tournante du trafic de drogue régional, l’antenne du commissariat de police a fermé, faute de personnel pendant la crise du coronavirus. L’office public Habitat du Gard y avait déjà suspendu sa permanence le 12 mars. Quant à savoir ce qu’il se passe au sein des familles confinées… Le site du café pédagogique a mis en ligne plusieurs témoignages d’enseignants qui ne nourrissent aucune illusion sur la “continuité pédagogique” dans les familles dont les parents ne parlent pas le français. 

A lire aussi, Elisabeth Lévy: Et mes libertés c’est du poulet?

Prochaine échéance importante, le ramadan, grand moment de convivialité, de fêtes et de réjouissances collectives. Il commence le 24 avril. Vu les dix jours de retard à l’allumage pour le confinement, il devrait coïncider avec le pic d’intensité du Covid en banlieue. 

C’est peut-être en prévision de cette échéance que la préfecture de Seine-Saint-Denis avait demandé à Aubervilliers d’annuler son couvre-feu, mesure d’exception à utiliser avec parcimonie. Elle pourrait se montrer utile en cas de ramadan agité.

Des exemples de propositions au grand jour, sur le réseau social Twitter

Capture d’écran 2020-03-29 à 19.31.39Capture d’écran 2020-03-29 à 19.32.05Capture d’écran 2020-03-29 à 19.33.51

Les territoires conquis de l'islamisme

Price: 23,00 €

11 used & new available from 18,00 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Quand le drame du Covid se précise: le Syndrome de Détresse Respiratoire Aigu (SDRA)
Next article De Sarajevo à Srebrenica
Journaliste

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération