En cette semaine de bac, il n’y a pas de raison que les neurones de nos lecteurs ne soient pas aussi mis à contribution. Choisissez l’un de ces sujets, vous avez quatre heures… (inutile de trop stresser : vous obtiendrez presque tous votre diplôme, nos correcteurs ont reçu des consignes pour vous noter avec bienveillance).


LISTE DES SUJETS

  • Il y a plus de deux mille ans, Horace soulignait que « pour fuir un défaut, les maladroits tombent dans le défaut inverse ». Pour combattre un extrémisme, doit-on basculer dans l’extrémisme opposé ?
  • La vertu est-elle le contraire d’un vice ou un juste milieu entre deux vices opposés ?
  • Si le nationalisme c’est la guerre, qu’est-ce que le multiculturalisme ? (Des citations en serbe ou provenant de philosophes soudanais, nigérians, rwandais et birmans sont les bienvenues…)
  • Le politiquement correct est-il le meilleur rempart contre le politiquement abject ?
  • Faut-il soumettre l’idéal au réel ou le réel à l’idéal ? Le bien doit-il primer sur le vrai ?
  • Sacrifier la vérité afin de ne pas nourrir la bête revient-il à nourrir la bête en lui faisant cadeau de la vérité ?
  • Doit-on dire noir ou homme de couleur ? Parce que tout ceci n’est pas clair… (Serge Gainsbourg)
  • L’antiracisme est-il le communisme du XXIe siècle ? Le racisme et l’antiracisme sont-ils l’avers et le revers de la même médaille, les deux ayant tendance à tout racialiser ?
  • « Un arabe qui brûle une école c’est une révolte, un blanc qui brûle une école c’est du fascisme. » Êtes-vous en phase avec l’ironie socratique d’Alain Finkielkraut ?
  • Ceux qui hystérisent les problèmes et tendent à exacerber la conflictualité du monde et de la nature humaine sont-ils plus dangereux que ceux qui oublient que l’histoire est tragique et tendent à dénier ou sous-estimer cette conflictualité ?
  • En réaction aux agressions sexuelles et à toutes les formes de sexisme, doit-on balancer son porc sur Internet ?
  • Pour protéger les femmes contre le harcèlement dans certains quartiers, faut-il élargir la chaussée et améliorer l’éclairage de nuit ?
  • Peut-on rire de tout… en 2018 ?
  • Commentez l’une des citations suivantes (uniquement si la réponse à la précédente question est positive) :
    • « C’est quand on serre une femme de trop près qu’elle trouve qu’on va trop loin. » (Alphonse Allais)
    • « J’avais tendance à mettre ma femme sous un piédestal. » (Woody Allen)
    • « Elle m’a dit que j’étais un mauvais coup. Comment peut-elle juger en 1 minute 20 ? » (Woody Allen)
    • « Ne vous vengez pas d’une femme, le temps s’en charge pour vous. » (Paul Claudel)
    • « La bigamie c’est quand on a deux femmes et la monotonie, c’est quand on n’en a qu’une. » (Coluche)
    • « Ma femme et moi avons été heureux pendant trente ans. Puis nous nous sommes rencontrés. » (Sacha Guitry)
    • « Son sommeil était de beaucoup ce qu’elle avait de plus profond. » (Sacha Guitry)
    •  « Elle était aussi bien de fesses que de face. » (Raymond Queneau)

A lire aussi: La philo au lycée, le crépuscule d’une idole

  • L’immigration est-elle une chance pour la France ?
  • Si un acte héroïque permet d’obtenir la nationalité française, un acte de barbarie doit-il vous déchoir de cette même nationalité ?
  • Faut-il nécessairement croire en l’homme pour être un humaniste ?
  • Suis-je un salaud si j’hésite à accueillir tous les migrants ?
  • Accueillir le monde entier, est-ce accueillir les problèmes du monde entier ?
  • Le respect de l’autre peut-il amener au reniement de soi ?
  • Peut-on combattre la barbarie avec des bons sentiments ?
  • Est-il désespérant d’entendre invoquer les valeurs de la République pour ne pas donner à la République les moyens de se défendre ?
  • Commentez l’une des citations suivantes, au choix :
    • « Entre deux maux, il faut choisir le moindre. » (Aristote)
    • « La politique, c’est choisir la moins mauvaise des solutions. » (JFK)
    • « La malveillance des méchants est renforcée par la faiblesse des vertueux. » (Winston Churchill)
    • « Le gouvernement a pour mission de faire en sorte que les bons citoyens soient tranquilles et que les mauvais ne le soient pas. » (Georges Clemenceau)
    • « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. » (La Boétie)
  • Le moyen le plus rapide de mettre fin à une guerre est-il de la perdre, dixit Georges Orwell ?
  • D’un point de vue philosophique, affirmer que l’immense majorité des musulmans n’ont rien à voir avec l’islamisme alors que les islamistes arrivent très souvent en tête lorsque des élections sont organisées en terre d’Islam… est-ce une aporie ?
  • Si l’islamisme n’a rien à voir avec l’islam, peut-on considérer, suivant la même logique, que l’Inquisition n’a rien à voir avec le catholicisme, que le stalinisme n’a rien à voir avec le communisme, que le nazisme n’a rien à voir avec l’Allemagne et que Pétain n’a rien à voir avec la France ?
  • Si un livre contient des horreurs et des choses admirables, peut-on en faire un livre admirable ?
  • Commentez cette tirade de Boileau :

« Mais quel lion, quel tigre égale en cruauté
Cette injuste fureur qu’arme la piété ? »

  • Vaut-il mieux savoir qu’on croit ou croire qu’on sait ?
  • Commentez cette citation de l’abbé Pierre : « Pour s’indigner, il convient d’abord d’être digne. »

Ou de Henri David Thoreau : « Il y a 999 défenseurs de la vertu pour un seul homme vertueux. »

  • Les plus dégoûtés sont-ils souvent les plus dégoûtants ?
  • Roger Moore est-il le meilleur des James Bond ?
  • « Il se pourrait que la vérité fût triste », écrivait Ernest Renan. Qu’en pensez-vous ?
  • Si généraliser ou essentialiser est une erreur de raisonnement, refuser toute forme de généralisation ne devient-il pas un sophisme qui empêche toute description d’une réalité ? Peut-on évoquer les Français, les juifs, les musulmans, les francs-maçons, la droite, la gauche, les femmes, les footballeurs, les retraités, les jeunes, etc… sans généraliser ?
  • Peut-on remettre en cause une réalité ou une tendance en s’appuyant sur des contre-exemples avérés ? Peut-on nier le fait que les hommes sont plus grands que les femmes sous prétexte qu’il existe des femmes plus grandes que certains hommes ?
  • Le discours victimaire est-il émancipateur ? Et productif ?
  • Peut-on relativiser une horreur en la comparant avec d’autres horreurs ? 
  • L’esprit de la Cité se laisse-t-il dévorer par l’esprit des cités ?

A lire aussi: Bac: un bon correcteur est un correcteur bienveillant

  • Commentez cette phrase de Tocqueville : « Il y a dans le cœur des hommes ce goût dépravé pour l’égalité qui porte les faibles à vouloir attirer les forts à leur niveau. »
  • Le dominant est-il forcément coupable et le dominé forcément innocent ?
  • L’opprimé d’hier est-il l’oppresseur de demain, comme le pensait Victor Hugo ?
  • Y a-t-il des révoltes révoltantes ?
  • Le mâle blanc hétérosexuel a-t-il un avenir ?
  • Commentez cette phrase d’André Comte-Sponville : « L’homme est capable du meilleur comme du pire, mais plus souvent hélas du pire que du meilleur. »
  • Peut-on dire avec Frédéric Dard que Dieu a fait le monde en cinq jours et qu’ensuite, il a fait le con ?
  • La liberté d’expression est-elle la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre ?
  • Vaut-il mieux se taire et passer pour un con ou parler et ne laisser aucun doute sur le sujet ?
  • Pensez-vous comme Primo Levi que « comprendre, c’est presque justifier » ?
  • Pensez-vous comme Philippe Muray que « nous entrons dans un monde de coupeurs de couilles déguisés en libérateurs » ?
  • Commentez cette phrase de Lao Tseu : « Le grand chêne aussi a, un jour, été un gland. »
  • Le miroir est-il coupable de la laideur de celui qui s’y regarde ?
  • Commentez cette phrase d’Alphonse Allais : « Ne nous prenons pas au sérieux, il n’y aura aucun survivant. »

Lire la suite