On entend souvent dire, dans les cités, qu’il faudrait obliger les architectes à vivre dans leurs merveilleuses créations. Il serait bon aussi, parfois, que les juges touchent du doigt le résultat de leurs subtiles cogitations. On espère donc que les membres de la chambre sociale de la Cour de cassation assisteront au déménagement de Baby Loup. Ce n’est pas encore une certitude, mais déjà bien plus qu’une probabilité. La proposition du sénateur maire socialiste de la ville voisine de Conflans-Sainte-Honorine, Philippe Esnol, et de sa « dircab », la conseillère générale du coin, Fanny Ervera, est sur la table. Ce sera, grâce à eux, la défaite sans le déshonneur. Mieux vaut partir que mourir – même si chacun sait que partir, c’est mourir un peu.
Assommée par l’arrêt qui a invalidé le licenciement de la puéricultrice qui refusait d’enlever son voile, l’équipe de la crèche a été consultée à bulletins secrets. Une majorité a choisi d’arrêter les frais : Baby Loup doit quitter . Natalia Baleato ne se fait pas d’illusions : si le déménagement a lieu, une bonne partie de l’équipe quittera le navire.

*Photo : ChrisGoldNY.

Lire la suite