Home Édition Abonné Africains d’adoption?


Africains d’adoption?

La question qui anime Twitter au pays de Mandela

Africains d’adoption?
Photo prise lors de la suppression de la ségrégation dans les lieux publics à Johannesburg. © KUUS/ SIPA

Depuis le début de l’année, une question taraude les réseaux sociaux sud-africains : pourquoi les Afrikaners, ces descendants de colons néerlandais, allemands et français, ne sont-ils toujours pas appelés Africains ?


L’Afrique du Sud n’a toujours pas pansé ses blessures héritées de l’Apartheid. Depuis le début de l’année, une question taraude les réseaux sociaux sud-africains : pourquoi les Afrikaners, ces descendants de colons néerlandais, allemands et français, ne sont-ils toujours pas appelés Africains ? Sur Twitter, un dénommé Brian Adams a interpellé l’Alliance démocratique, principal parti d’opposition majoritairement blanc, sur le sujet : « Les Noirs vivant en Europe sont appelés Européens, mais les Blancs qui vivent en Afrique depuis plus de trois cents ans ne peuvent pas être appelés Africains ! » Inversant la rhétorique victimaire, l’internaute a également dénoncé les cas avérés de « white face » lors d’une récente parade à Cap Town : « Pourquoi un Blanc qui se peint en noir est-il raciste, mais pas l’inverse ? » La présidente de l’Alliance démocratique Helen Zille a renchéri en dénonçant « une campagne concertée pour délégitimer et diaboliser les minorités », c’est-à-dire les Blancs. « Arrêtez de mentir, les Noirs vivant en Europe ne sont pas appelés Européens. Ils sont appelés Africains en Europe », a répondu sèchement un internaute africain.

Au pays de Mandela, le moindre tweet réveille le spectre de la guerre civile. Au fil des joutes virtuelles, le débat a clairement pris un tour historico-racial. D’aucuns évoquent l’implantation des Boers dès le xviie siècle dans la région du cap de Bonne-Espérance, ce qui les rendrait aussi africains que les Zoulous. Et l’Apartheid se rappelle au souvenir de tous lorsque certains twittos publient de vieilles photos de pancartes ségrégationnistes, « Réservé aux Européens ». Lynché par ses contradicteurs, Brian Adams a de plus vu son compte suspendu par Twitter qui l’accuse de faire l’« apologie de la haine ».

Mars 2020 - Causeur #77

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Praud menacé de mort, Le Monde l’enfonce
Next article Dekra rentre dans le rang
Journaliste , conférencier et historien.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération