Home Culture Bourreau des cœurs, aussi

Bourreau des cœurs, aussi

Bourreau des cœurs, aussi

staline alain paucard

Jeunes gens, souvenez-vous de la Série rose, ses marquises en costume que chevauchaient des courtisans poudrés, la nuit tombée, sur nos écrans. L’adaptation de cet érotisme kitsch au socialisme réel s’annonçait ardue.[access capability=”lire_inedits”] C’est pourtant le défi que se lança Alain Paucard en 1979 lorsqu’il publia pour la première fois Ma vie secrète, récit à la première personne inspiré des frasques supposées de Staline. Réédité par l’excellente maison d’Arnaud Bordes, au catalogue anticonformiste bien fourni, le précieux testament ferait passer les Mémoires de Casanova pour le Dialogue des carmélites. Après une douloureuse initiation au séminaire, la dialectique marxiste bien en main, le priapique « oncle Joe » galvanise les masses féminines, bravant l’hostilité de Lénine puis de Trotski pour conquérir le cœur de ces dames. Fidèle à ses Carnets d’un obsédé, le volume de Paucard se laisse pénétrer aussi vite qu’un moujik sur la banquise…[/access]

Alain Paucard, Ma vie secrète, Alexipharmaque, 2012.

 

Mars 2013 . N°57

Article extrait du Magazine Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Réflexions sur la question présidentielle : Super Mariollande
Next article La Retirada, une histoire franco-espagnole
est journaliste.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération