Photo : Daoud Boughezala

Rouge pour communiste, blanc pour tsariste, bleu pour libéral, jaune et noir pour nationaliste : ce 24 décembre[1. Une journée ordinaire dans la très orthodoxe Russie où, suivant le calendrier julien, on ne fête Noël que le 7 janvier.], à Moscou, l’opposition est un océan de couleurs qui sont autant d’incarnations des mythologies tissant l’histoire de la Sainte Russie. À la sortie du métro Komsomolskaïa, quelques dizaines de jeunes gens qui déchargent avec application affiches, tracts et pancartes de leurs véhicules, arborent des drapeaux frappés de l’aigle impérial. Ils se présentent comme des militants « nationalistes » venus participer à la grande manifestation unitaire contre le tandem Poutine-Medvedev. Alors que les chrétiens d’Occident s’apprêtent à célébrer la Nativité, tous les partis d’opposition de Russie ont rendez-vous avenue Sakharov pour protester contre le trucage éhonté des récentes élections législatives, dénoncer le jeu de chaises musicales entre les deux têtes du Janus présidentiel[2. En 2012, le Premier ministre Vladimir Poutine devrait succéder à Dmitri Medvedev à la présidence de la Fédération de Russie, poste qu’il a occupé de 2000 à 2008 avant de céder officiellement le pouvoir à son dauphin, afin de contourner l’interdiction d’une troisième élection consécutive.], sans oublier la corruption qui sévit à tous les niveaux de l’appareil politico-financier.

Renseignements pris, nos interlocuteurs appartiennent au mouvement de droite Narodnaïa Volia (La Volonté du peuple), lointain héritier du populisme russe, qui regroupe nationalistes monarchistes et républicains. La frange monarchiste en appelle au retour d’un tsar de toutes les Russies – mais du genre Romanov plutôt que Poutine. Certains, habillés de cuir noir, look banane et rouflaquettes punk à la Joe Strummer, sont assez éloignés du style « royco » tel qu’on le connaît sous nos cieux. D’autres, avec leurs grosses lunettes montées sur des barbes de pope, pourraient sortir des pages de Dostoïevski.

Acheter ce numéro  /  Souscrire à l’offre Découverte (ce n° + les 2 suivants)  /  S’abonner à Causeur

Lire la suite