L’église sainte Rita est bien connue dans le XVème arrondissement de Paris. Elle abritait des chrétiens gallicans,plus ou moins proches des milieux catholiques traditionalistes, et était connue pour ses enterrements et son cimetière d’animaux de compagnie. L’« association des chapelles catholiques et apostoliques » gérant le lieu l’a vendu à un promoteur immobilier, Garibaldi, en vue d’une opération sans doute juteuse. C’est à sa demande que l’église a été évacuée  d’une cinquantaine de protestataires présents depuis 6h30 ce matin dont le prêtre en habits sacerdotaux traîné à terre sans plus de ménagements. On voit sur la vidéo les égards des forces de l’ordre envers les personnes présentes…

Le tradi, voilà l’ennemi

La préfecture de police de Paris a pourtant évoqué sans rire une opération sans incidents majeurs. Bien entendu, afin de justifier l’évacuation, les milieux autorisés ont tous évoqué la présence (pacifique) de sympathisants d’extrème droite, des intégristes catholiques ayant récupéré la problématique à leur unique profit. Je me demande toujours où commence le traditionalisme pour un catholique, si ce n’est pas quand il a le désir d’une spiritualité solide et d’une belle liturgie ? Un catholique de progrès, selon cette définition, n’est plus vraiment catholique.

Il m’a semblé pourtant qu’il y avait là surtout des élus « Les Républicains » n’étant pas, il me semble, des séides de Marine le Pen, ainsi que des paroissiens et paroissiennes, ou encore des gens du quartier émus par la destruction de ce lieu de mémoire collective. Il y a au moins un motif de réjouissance. Ceux qui taxaient la justice et les forces de police de laxisme ou de lenteur dans le traitement des dossiers religieux en sont pour leurs frais, ils ont ici fait preuve d’une grande célérité véritablement admirable.

C’est à se demander pour quelle raison on tarde autant à vider de la même manière les mosquées salafistes. Serait-ce par absence de réelle volonté politique ? Et puis les chrétiens, fussent-ils d’affreux intégristes, fussent-ils gallicans comme à sainte Rita, ont quand même un avantage. Ils sont censés tendre la joue droite, ainsi que le répètent comme un mantra les « bouffeurs de curé » qui aiment donner des leçons de foi aux croyants pour justifier leurs injures aux catholiques, telle madame Le Goïc. Et avec eux, aucun risque qu’une kalachnikov traîne dans le coin et soit utilisée. Ils sont aussi beaucoup moins coriaces que les « zadistes » de Notre-Dame des Landes.

Il faut dire que, contrairement aux jeunes gens enthousiastes et romanesques qui occupent le bocage nantais, les zadistes de sainte Rita ce ne sont pas des électeurs PS potentiels pour 2017. Dans les médias, même après les tragiques événements de Saint-Étienne-du-Rouvray, les bonnes habitudes de dénigrement des catholiques ont la peau dure. Quand leurs curés ne sont pas pédophiles, ils sont forcément intégristes, comparables à Daech. Et ce ne sont pas les dénégations affolées des bons apôtres ecclésiastiques ou laïcs, ou la vidéo du père Franck Legros dansant sur des rythmes « mucho caliente » avec son aréopage de jeunes paroissiens circulant actuellement sur le net, qui changeront quoi que ce soit à ces idées reçues.

Partager
Amaury Grandgil
anime le blog mesterressaintes.hautetfort.comanime le blog mesterressaintes.hautetfort.com