Dans l’est de Paris, une maison de tolérance d’un nouveau genre offre ses services aux amateurs de poupées moulées hyperréalistes, belles de jour comme de nuit. En toute légalité. 


C’est à Marthe Richard, une ancienne prostituée devenue conseillère municipale de Paris, que l’on doit l’inspiration de la loi qui porte son nom du 13 avril 1946, qui mit un terme définitif à l’exploitation des « maisons de tolérance » en France. L’élue dénonçait alors le fait que ces lieux pussent participer de la « débauche organisée et patentée » – au profit du crime organisé –, ce dont une certaine frange puritaine de la société d’alors ne s’accommodait que difficilement. Pour avoir allègrement collaboré avec l’ennemi sous l’Occupation, les barbillons des maisons closes ne bénéficiaient en outre que de maigres soutiens au sortir de la guerre, ce qui précipita la chute du réglementarisme dans notre pays.

Silicone valley

Paradoxalement, il ne fallut que quelques années pour que la « Veuve qui clôt » – ainsi que la surnommait le Hussard Antoine Blondin – revienne sur sa démarche abolitionniste et admet

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2019 – Causeur #67

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite