Quantcast
Home Brèves Antiracisme : la ville de Paris adepte du coup du balai


Antiracisme : la ville de Paris adepte du coup du balai

Z’avez vu mon camion-poubelle comme il est beau ? Rutilant, frais comme un gardon, à la bonne odeur de légumes cuits et frelatés, le véhicule utilitaire fait fureur dans les rues de Paris. Et pour célébrer ce petit bolide de l’industrie du « nettoiement », les communicants de la ville Lumière n’ont rien trouvé de mieux qu’une campagne de conscientisation des « parisiennes et des parisiens » comme aime à les appeler l’inimitable Bertrand Delanoë. Après les Pierrot de la nuit, un temps chargés de surveiller votre alcoolémie au risque d’un bourre-pif de noctambule, la nouvelle campagne de civisme s’adresse aux pollueurs ambulants que nous sommes. Sur chaque véhicule municipal chargé de collecter les ordures, une affiche vous rappelle désormais à votre devoir.

paris camion poubelle

Ses concepteurs ont certainement voulu échapper au palmarès des Y’a bon awards en mettant en scène un balayeur blanc qui ramasse le détritus d’un grand bourgeois… noir. Je sais ce que vous pensez, toute mauvaise langue que vous êtes : le balayeur leucoderme est une espèce aussi rare que le commis de cuisine auvergnat ou le restaurant italien tenu  par des transalpins. Pas besoin de lire Christophe Guilluy pour comprendre que la géographie sociale de la capitale met aux prises grands bourgeois, bobos et immigrés, légaux ou non,  à l’exception de tous ceux qui n’ont plus les moyens de se loger dans la termitière francilienne. Au contraire du reste de la France, le néoprolétariat parisien est souvent « divers » et vit de menus boulots dans la fonction publique, la restauration ou ailleurs. C’est cette réalité peu reluisante que Paris a voulu occulter avec son balayeur Potemkine au teint blafard. Comme pour démentir l’adage de Marx, le boomerang de cette farce pourrait lui revenir tragiquement en pleine face. Car d’aucuns estimeront qu’en voulant figurer un monde renversé où les balayeurs seraient blancs, la ville de Paris épingle le Noir sale. C’est du propre !


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Cassius Clay, un roman vrai
Next article Saint-Simon vs Marcela Iacub
est journaliste.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération