Le billet du vaurien


J’avais fait part à mon ami Mohamed-Djihad Soussi de mon intention de ne plus retourner en France : l’air y était devenu irrespirable. Pour le dernier acte de ma vie, pourquoi ne pas m’installer à Lausanne ? Après tout, j’y avais connu une enfance heureuse et peut-être y vivrai-je une vieillesse apaisée, maintenant que mes misérables ambitions de conquête étaient assouvies. Certes, l’ennui et la solitude m’y guettaient, mais je me sentais assez fort pour les affronter, n’ayant plus rien à attendre de la vie. Une vie à laquelle il était d’ailleurs plus facile de mettre fin en Suisse qu’ailleurs. Et, comme je l’ai souvent répété, personne ne vous oblige à être vieux.

Une certaine perplexité

Mohamed-Djihad qui avait aussitôt compris que, tenté par Lausanne, je l’étais aussi par une nouvelle mue, m’écrivit ceci qui me plongea dans une certaine perplexité : « Cioran disait à propos du Grossparis que l’on ne s’absentait pas impunément de l’enfer. Reste à savoir si, à l’automne, Lausanne en est un, si vous êtes plus enclin à endurer l’enfer lausannois que l’en

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite