Au-delà de la politique, l’ascension fulgurante d’Emmanuel Macron correspond à un mouvement de fond de la société: la pensée positive et l’obsession portée au bien-être individuel. Comme Michel Cymès, dont le magazine Dr Good s’arrache en kiosque, Macron conjugue optimisme, culte de la réussite et promesse de jeunesse éternelle. Ce qui revient à accompagner la fin de la politique. Mais l’effet placebo pourrait cesser d’agir.


Dans le paysage morose de la presse française, un magazine connaît un succès spectaculaire : le bimensuel Dr Good. Son éditeur, Mondadori, le décrit comme un « magazine bien-être et santé, incarné [sic] par Michel Cymes qui partage toutes ses connaissances et ses conseils pour changer nos habitudes afin de rester en bonne santé. Expert, sans tabou et toujours positif ! » Difficile de ne pas faire le lien entre cet énorme succès dans le secteur sinistré des journaux et un autre phénomène quasi concomitant : l’ascension d’Emmanuel Macron. D’autant que l’on reconnaît dans ce discours quelques mots-clés du macronisme. On peut même oser une hypothèse : ce sont le même état d’esprit diffus et le même soubassement anthropologique qui expliquent le succès de Dr Good et l’élection de Macron.

catalog-cover-large

Dans les deux cas, les mots qui sautent aux yeux – et qui résument le projet – sont « positif » et « optimisme ». Michel Cymes en personne a livré à Célyne Baÿt-Darcourt, de France info, le secret de Dr Good : « Le ton est résolument optimiste […] et je souhaite que tout le monde sache qu’on peut changer son comportement par rapport à sa santé, par rapport à son corps en allant mieux. » Une partie de sa réussite réside sans doute dans le fait que Dr Good arrive à se libérer de l’assignation de la catégorie « magazine santé et bien-être » et même de la presse féminine.

« Les énergies positives sont la clé de tout »

Le phénomène est donc aussi large que profond : le courant central de la société française se focalise sur son corps et son bien-être physique et mental, y voyant le principal horizon de sa vie, la clé du bonheur. Le credo de cette croyance diffuse, mais de plus en plus répandue est un mélange d’adages comme « tu es ce que tu manges », « les choses n’arrivent pas par hasard » et surtout « les énergies positives sont la clé de tout ». Se cristallisent ainsi des idées issues des livres populaires de psychologie, de développement personnel, de management et de médecines alternatives (notamment indienne et chinoise), le tout repris par le discours médiatique des vingt dernières années sur l’environnement, l’industrie agroalimentaire et pharmaceutique, et l’alimentation.

A lire aussi: Elisabeth Lévy – Immigration, féminisme, écologie: le manuel de la bonne pensée

À ces éléments, il faut ajouter la déception généralisée à l’égard du politique, un sens critique devenu méfiance systémique et l’angoisse sourde d’une crise permanente. Ces facteurs ont engendré un repli sur soi qui a été favorisé et légitimé par l’attention portée au corps. Il y a sans doute un peu de vrai dans le discours du bien-être : nul besoin de lire un magazine, aussi excellent soit-il, pour savoir qu’une alimentation saine et du sport valent mieux que de la junk food devant des jeux vidéo. Le problème est, comme toujours, dans le dosage et les idées qui deviennent folles. On peut manger mieux sans être obsédé par les toxines accumulées dans le corps ou comprendre qu’il existe un lien entre le physique et le psychique sans pour autant tout expliquer par un psychologisme vulgarisé, la consommation excessive de gluten ou de produits laitiers.

Il suffit de le vouloir

Dans les principaux articles de foi de la pensée positive, il y a l’idée selon laquelle croire dans le succès est la clé de la réu

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2018 - Causeur #60

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite