La République une et indivisible admet un certains nombres d’exceptions, l’une d’entre elles, et non des moindres, étant le statut particulier de l’Alsace-Moselle, notamment en matière religieuse pour cause de concordat: Eh oui, au moment où vous autres citoyens français, sépariez dans la douleur l’Eglise de l’Etat, en 1905, nous autres, de Metz à Mulhouse étions légalement sujets allemands !

Que constate-t-on lorsque l’on fouille le code pénal d’Alsace-Moselle ? (un grand merci au Républicain Lorrain de l’avoir rappelé dans son édition du samedi 17 novembre, sous la plume de Philippe Marque et Bernard Maillard) Eh bien ce fameux code stipule, en son article 166:

« Celui qui aura causé un scandale en blasphémant publiquement Dieu par des propos outrageants ou aura publiquement outragé un des cultes chrétiens ou une communauté religieuse établie sur le territoire de la Confédération et reconnue comme corporation, ou les institutions ou cérémonies de ces cultes ou qui, dans une église ou un autre lieu consacré à des assemblées religieuses aura commis des actes injurieux et scandaleux, sera puni d’un emprisonnement de trois ans au plus »

Chez nous on ne rigole pas avec la religion, les Femen sont attendues de pied ferme…

Lire la suite