Nous avançons au pas le long du chemin de Savigny à l’heure où la foule se déverse de la mosquée Othman après la grande prière du vendredi. Les hommes en qamis, chaussettes blanches et claquettes de piscine, les femmes en hijab ou en niqab, zigzaguent en travers de la route. Certains y verraient la représentation incarnée du « Grand Remplacement ». D’autres remarqueraient que nous sommes les seuls Blancs dans un périmètre assez large de la ville de Sevran.

Au volant de sa voiture, J., qui souhaite garder l’anonymat pour des raisons de sécurité, s’égare dans le labyrinthe des allées de la cité avoisinante. En face de nous, une Audi flambant neuve pile devant un groupe d’adolescents à peine pubères. Le chauffeur, un jeune homme noir, leur tend un sachet de marchandise illicite, faisant abstraction de notre présence.

« Ici, on les appelle « les Afghans » »

Après la tenue, l’été dernier à Reims, d’« un camp d’été décolonial », interdit aux « non-racisés », c’est-à-dire aux Blancs, et à quelques jours de la conférence dédiée aux violences policières dans le cadre de l’atelier Paroles non blanches à l’université Paris 8, les damnés de la Terre ont réussi à imposer dans l’espace public un vocabulaire racialiste, basé sur l’idée de la culpabilité des Blancs envers les peuples colonisés et les immigrés. Il importe donc de préciser que nous sommes du côté des oppresseurs. En sortant de chez lui, quelques rues plus loin, J. s’est déjà fait traiter de « colon », et il n’est pas certain que son explication « mon père était paveur » y changera quoi que ce soit à l’avenir. Pourtant les « colons », coincés dans les banlieues rongées par le communautarisme et l’islam politique, ne sont pas les seuls à en souffrir.

>> A lire aussi: Où sont les femmes? Pas dans les cafés de Sevran en Seine-Saint-Denis

Militant de la Brigade des mères et ancien syndicaliste, J. écoute quotidiennement les plaintes de ses voisins musulmans issus de l’immigration, qui n’en peuvent plus des agissements de ceux qu’on appelle ici « les Afghans », ou bien

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2017 - #45

Article extrait du Magazine Causeur