L’éditorial de janvier d’Elisabeth Lévy


Fin 2019, Greta Thunberg était élue personnalité de l’année par le magazine Time. Un an plus tard, c’est Assa Traoré qui est mise à l’honneur par l’hebdomadaire new-yorkais comme l’une des « gardiennes de l’année ». À première vue, il n’y a pas grand-chose de commun entre l’ado boudeuse à nattes et la néo-Black Panther à crinière. Sauf que toutes deux ont accédé en quelques mois au statut d’icône planétaire. Nul ne se proclamant raciste ou favorable au réchauffement climatique, elles mènent des guerres déjà gagnées : risque minimal, gratification maximale. Dans le monde entier, elles sont devenues les égéries des élites boboïsées et connectées constituées par l’alliance du business, du show-biz et des minorités revanchardes. Aussi font-elles un tabac dans les lieux où se fabrique l’opinion éclairée, des médias aux universités.

On se rappelle le spectacle ridicule de sommités onusiennes ou européennes écoutant avec ravissement la Croisée du carbone leur faire la leçon du haut de ses 16 ans et la ridicule gretamania, avec unes de journaux dithyrambiques et éditos énamourés, qui s’est emparée de la France quand la demoiselle nous a fait l’honneur d’une visite. De même, la patronne du comité «  Justice pour Adama  », qui est, selon le Time, « l’un des visages du combat pour la justice raciale en France  », est, des deux côtés de l’Atlantique, une coqueluche des journalistes, qui l’invitent à disserter doctement sur les violences policières et le racisme de la société française, et des politiques de gauche – même Yannick Jadot fait génuflexion. En réalité, Traoré ne se bat pas pour la justice raciale, mais pour la réécriture de toute l’histoire à l’aune du seul critère de la race. Et elle ne cherche pas la vérité, mais à faire entrer de force son frère mort tragiquement dans le costume de George Floyd. Rappelons qu’Adama Traoré a couru comme un dératé un jour de canicule pour échapper aux gendarmes. S’il avait obtempéré, il serait sans doute en vie (et Assa Traoré serait peut-être encore employée par une association dépendant de la Fondation Rothschild(1)).

>>> Découvrez le sommaire du nouveau numéro

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2021 – Causeur #86

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite