Six ans après sa mort, Georges Lautner éblouit encore les spectateurs. Méprisé des snobs, le cinéaste aux répliques cultes signées Michel Audiard aura fait tourner Louis de Funès, Bernard Blier, Alain Delon et Jean-Paul Belmondo. Des Tontons flingueurs au Professionnel, ses grands films populaires exhalent la fantaisie de la France des Trente Glorieuses. 


Si Georges Lautner avait été sensible à la critique officielle, il n’aurait pas réalisé plus de deux ou trois films. Cependant, il ne s’est pas découragé. Il faut s’en réjouir : son entêtement nous a légué une parenté inattendue, les membres hautement fréquentables d’une famille effarante, bref, des oncles, plus précisément des tontons exubérants à souhait. Les gens respectables ont immédiatement détesté ces énergumènes, qui ont pourtant attiré la foule nombreuse et fervente, et qui assurent le succès des chaînes de télévision cinquante-sept ans après (Les Tontons flingueurs, 1963). Le cinéma de Lautner, dans ses meilleurs moments, a renouvelé cette qualité (inter)nationale qu’on nomme la fantaisie.

Nous n’avons pas fini d’évaluer les mérites de la fantaisie française, ni d’examiner le terreau historique, social, sociologique qui la nourrit. Le cinéma est en tout cas son truchement idéal. Il s’adresse au plus grand nombre, c’est-à-dire au public. Il est, dans la plupart des cas, accessible à tous et librement. Il est un moment de l’imaginaire, le reflet, plus ou moins persistant, précis, approximatif, injuste d’une société, d’un peuple. Le cinéaste Georges Lautner a exercé entre 1958 (La Môme aux boutons) et 1992 (L’Inconnu dans la maison) : son œuvre couvre donc une part importante de la période de progrès économique exceptionnelle, que Jean Fourastié appela Les Trente Glorieuses (1946-1975).

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2019 – Causeur #67

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite