Ils vont être déçus, les zélateurs de Geert Wilders, ce politicien hybride de la boboïtude protestante et de l’islamophobie délirante, qui annonce probablement, dans le genre décoloré, le visage new-look du FN pour les prochaines échéances. En effet, Amsterdam n’est plus la Mecque de la guerre ethnique programmée pour ceux qui préfèrent regarder les minarets qui poussent sans voir les usines qui délocalisent. A compter de ce 1er août, le contingent hollandais engagé en Afghanistan depuis neuf ans et comportant un millier d’hommes, revient à la maison.

Quitte à fumer de l’afghan, a décidé le parlement batave en février, autant que ce soit dans un coffee shop avec des potes plutôt que dans une montagne improbable avec des buts de guerre qui ne le sont pas moins. On rappellera, pour le reste, qu’en France nous sommes, merci Nicolas Sarkozy, à notre quarante-cinquième soldat mort au combat.

S’il y en a qui veulent continuer, il me reste un treillis de réserve à la maison.

Lire la suite