Quantcast
Home Société Les végétaux prennent la parole


Les végétaux prennent la parole

Les végétaux prennent la parole
Francis Lalanne
Francis Lalanne

ENFIN UN CANDIDAT UFCR-UDG !

Jeudi 2 février

Qui osera dire que le débat de fond n’est pas lancé dans cette campagne ? Il suffit de s’informer. Ainsi, dans mes spams d’aujourd’hui, je récupère un communiqué de presse d’Alain Mourguy, candidat de l’Union des forces citoyennes et républicaines et de l’Union des gens de bon sens (UFCR-UDG) à la présidentielle de 2017. Parmi 159 autres intéressantes propositions, il nous explique « comment créer un million d’emplois tout en économisant huit milliards d’euros par an ». A priori ça a l’air tentant ; j’ai pas tout lu mais en gros, pour financer le truc, il suffirait de supprimer le chômage.

LALANNE LAND

Vendredi 3 février

Encore une preuve de la vivacité du débat démocratique – au moins dans les couches conscientisées de la société : le « Collectif éco-citoyen 100 % » présidé par le polyvalent Francis Lalanne présentera aux prochaines législatives des candidats dans toutes les circonscriptions, de façon à « offrir une alternative citoyenne à la politique politicienne ». Il fallait y penser !

Toujours est-il que, sur ce programme, le collectif réunit pas moins de « 28 mouvements politiques, citoyens et écologiques ». Même que parmi eux, en ma qualité de président à vie de Jalons, je voudrais adresser un salut tout particulier à nos amis de Génération Végétale, qui sont la relève des idées que nous portons ! Qu’ils le sachent : en cas de problème à Lalanne Land, il y aura toujours à Jalons une place pour ces jeunes pousses.

FIGARO-CI, FIGARO-LÀ

Mercredi 8 février

Vendredi 3 février : au plus fort de la tempête, Le Figaro lâche celui qui était devenu son héros depuis son triomphe aux primaires. Le titre, qui s’étale sur cinq colonnes à la une, est sans ambiguïté : « Fillon continue, la droite s’inquiète. » Pas dur de deviner ce qu’il faudrait pour la calmer… À l’intérieur, deux articles de fond précisent le message : « Une affaire judiciaire et familiale qui n’en finit pas », déplore l’un ; « Les réflexions s’accélèrent autour du plan B », rassure l’autre. En bon français : Fillon est foutu, il est temps de passer à autre chose !

Ce mercredi, cinq jours plus tard, la tempête semble s’être calmée, au point que Le Figaro remonte sur le navire : « La droite resserre les rangs autour de Fillon », titre le journal à nouveau mobilisé. Et de filer, en pages intérieures, la métaphore militaire : « Fillon soude son camp et repart sur le terrain », « La contre-offensive est aussi juridique »… Mais le plus fort, c’est quand Le Figaro nous explique en une que[access capability=”lire_inedits”] « le candidat entend relancer une campagne entravée depuis quinze jours ». Comme si le quotidien lui-même n’y avait pas contribué en annonçant au peuple de droite que son candidat était cuit !

Heureusement il n’y paraît plus, et à lire la livraison d’aujourd’hui, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes fillonistes… Jusqu’au prochain obstacle qui pourrait faire trébucher le candidat ; auquel cas, n’en doutons pas, le quotidien reprendrait sa fameuse « liberté de blâmer ».

JÉSUS, ONFRAY ET MOI

Samedi 11 février

Dieu sait que j’aime bien Onfray, j’ai même été le premier à l’interviewer pour ce magazine. Avec tout ça, il est au courant bien sûr pour mon problème de catholisme, mais il ne m’en veut pas ; il me plaint, c’est tout.

Moi, pareil ! Quel dommage, lui ai-je habilement représenté, qu’un esprit aussi ouvert, fécond et indépendant que le sien se crispe dès qu’il s’agit des religions monothéistes, et de la mienne en particulier. Mais rien à faire ! Pour toute réponse Onfray, sûr de son fait, se contente de moquer gentiment mes chimères d’« arrière-monde »

Ce soir, Michel est venu chez Ruquier pour parler de Décadence, le tome 2 de sa Brève Encyclopédie, consacré précisément au constat de décès de la civilisation judéo-chrétienne. Mais comme tout ça est un peu sérieux, pour détendre l’atmosphère, on lui demande de développer sa thèse sur l’inexistence historique de Jésus.

Flavius Josèphe atteste du contraire, de même que Tacite et Suétone ? C’est qu’ils n’ont pas eu accès aux bonnes sources ! Le meilleur argument d’Onfray – enfin, mon préféré : « Si Jésus avait existé, il aurait bien sûr mangé des loukoums ! » Et bien sûr les quatre évangélistes (s’ils avaient eux-mêmes existé) se seraient bousculés pour nous rapporter l’affaire, vu son importance.

À ce compte-là, moi aussi j’ai ma preuve de l’inexistence historique du Christ : dans tous les évangiles on le voit manger, mais nulle part il ne fait popo ! Pas très crédible, tout ça.

Sur quoi, une heure plus tard, qu’est-ce que j’apprends ? Saint Paul non plus n’aurait pas existé ! Quand même, il exagère, Michel… commencé-je à marmonner, avant de me calmer tout net : de toute façon, une fois qu’il n’y a plus de Jésus, hein…

AFFAIRE THÉO : LE FILM

Jeudi 16 février

En exclu dans Le Point, du nouveau sur l’affaire Théo : le témoignage des flics, et celui des caméras de surveillance. En gros, l’histoire n’est pas aussi simple qu’a bien voulu nous le raconter le jeune homme, relayé depuis quinze jours par tous les médias. Non seulement il s’est interposé violemment pour empêcher l’interpellation d’un dealer, qui a pu prendre la fuite, mais il était chaud pour se fighter – et les flics ne se sont pas faits prier ! Tout ça s’est passé en moins d’une minute et, selon l’IGPN, l’intentionnalité de l’acte n’est pas établie. N’empêche qu’on lui a troué le cul, à Théo, alors qu’il méritait deux baffes… Et la proportionnalité des peines ?

PLUTÔT MÉLENCHON QUE MACRON !

Vendredi 17 février, 1h15

Sur LCI en ce moment, rediffusion du discours de Mélenchon à Strasbourg. On aime ou on n’aime pas, mais ça a le mérite d’exister. Je n’en dirais pas autant du zero man show de Macron, avec ses ambianceurs – robots capables de scander sur commande n’importe quoi. Il faut les entendre s’époumoner à hurler « Europe ! Europe ! », avec cet enthousiasme irréel qui est l’essence du macronisme et le moteur de son action.

EMMANUEL 2 : Y A-T-IL UN PILOTE DANS MACRON ?

Samedi 18 février

Qu’on cesse de dire qu’Emmanuel n’a pas de programme ! Il l’a détaillé en meeting cet après-midi à Toulon :
– “Je veux être élu ;
Je vous ai compris ;
Je vous aime“.
Cela dit, si vraiment il est élu sur de telles bases, chapeau ! Ce n’est plus du charisme, c’est de l’hypnose mesmérienne.[/access]


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Comment sauver les travailleurs indépendants du RSI
Next article De Macron à Podemos, les mirages de la société civile

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération