Home Politique Le recours du gouvernement français aux services de McKinsey en débat


Le recours du gouvernement français aux services de McKinsey en débat

Le recours du gouvernement français aux services de McKinsey en débat
Emmanuel Macron, le 5 février 2021 © Romain GAILLARD-POOL/SIPA Numéro de reportage : 01003234_000040.

Il n’est pas trop tard pour rompre


McKinsey est une célèbre société de conseils. Elle fonctionne aussi à la manière d’une société secrète : elle ne communique pas et ne répond jamais aux sollicitations des journalistes. Pour ce que l’on sait, ses prestations se payent à prix d’or.

Le 12 janvier 2021, la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale a auditionné Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, sur la stratégie vaccinale contre la Covid-19. Face à l'opposition qui l'interrogeait sur McKinsey, le ministre a affirmé qu'il est "tout à fait classique et cohérent de s'appuyer sur l'expertise du secteur privé." Image: D.R.
Le 12 janvier 2021, la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a auditionné Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, sur la stratégie vaccinale contre la Covid-19. Face à l’opposition qui l’interrogeait sur McKinsey, le ministre a affirmé qu’il est “tout à fait classique et cohérent de s’appuyer sur l’expertise du secteur privé.” Image: D.R.

«Emmanuel Macron dans les pas de McKinsey» eut été plus juste…

C’est à elle, moyennant quelques millions (on ne connaitra jamais le chiffre exact), que le président de la République a confié la logistique de la vaccination anti-covid en France. Ce choix fait débat. Le magazine du Monde fait sa « une » sur la société McKinsey. Avec ce titre très euphémique : « McKinsey dans les pas d’Emmanuel Macron ». « Emmanuel Macron dans les pas de McKinsey » eut été plus juste. Car ça fait longtemps qu’ils cheminent amoureusement ensemble.

Le Magazine du Monde, 6 février 2021. Photo: D.R.
Le Magazine du Monde, 6 février 2021. Photo: D.R.

Certes les vaccins contre le covid, dûment vérifiés, n’ont rien à voir avec le médicament qui a empoisonné l’Amérique. Mais à une époque de suspicion généralisée est-il bien raisonnable et moral de confier à McKinsey la logistique de nos vaccinations?

En 2017 le candidat Macron avait fait appel aux compétences de McKinsey pour l’aider à être élu. Les meilleurs experts de la société ont participé à la rédaction de son programme présidentiel. Et d’autres, spécialistes du spectacle et de l’événementiel, l’ont conseillé pour l’organisation de ses meetings. Macron a été élu. Et avec cette victoire les actions de McKinsey ont grimpé en flèche. Et la société a pu considérablement augmenter les tarifs de ses prestations.

A lire aussi: Jacques Attali contre la démocratisation de la finance

Aux États-Unis, la société verse 475 millions d’euros aux victimes d’opiacés

Détournons un vieux slogan américain. Ce n’est pas « demandez-vous ce que McKinsey peut faire pour vous » mais « demandez-vous ce que vous pouvez faire pour McKinsey ». Et Macron a fait beaucoup pour cette société. Ce qui est bon pour Macron est bon pour McKinsey. Et ce qui est bon pour McKinsey est bon pour Macron…

Mais il y a une ombre à ces lendemains de vaccination qui chantent. Une grosse tâche sur le pedigree de McKinsey. La société vient en effet de verser 475 millions de dollars aux familles des victimes qu’elle a contribué à faire[tooltips content=”En février, la presse révèle que McKinsey accepte de verser 573 millions de dollars pour clore les procédures engagées par 49 Etats américains. L’entreprise n’a ni reconnu ni rejeté les faits qui lui étaient reprochés”](1)[/tooltips]. Il y cela plusieurs années McKinsey avait signé un contrat juteux avec un laboratoire pharmaceutique américain. Il s’agissait de rendre plus performantes les ventes d’un médicament à base d’opiacés. Ce médicament a provoqué des millions d’addictions. Selon la presse d’outre-Atlantique 200 000 Américains en sont morts.

A lire ensuite: Anticor, tu perds ton sang-froid

McKinsey a payé et s’est excusé. 475 millions de dollars pour ne pas être poursuivi en justice ! Certes les vaccins contre le covid, dûment vérifiés, n’ont rien à voir avec le médicament qui a empoisonné l’Amérique. Mais à une époque de suspicion généralisée est-il bien raisonnable et moral de confier à McKinsey la logistique de nos vaccinations ?

Mael de Calan, consultant chez McKinsey, a été sollicité par Olivier Véran pour un benchmark des stratégies vaccinales, selon des informations du Monde et du Canard enchainé. © UGO AMEZ/SIPA Numéro de reportage : 00834723_000022
Mael de Calan, consultant chez McKinsey, a été sollicité par Olivier Véran pour un benchmark des stratégies vaccinales, selon des informations du Monde et du Canard enchainé. © UGO AMEZ/SIPA Numéro de reportage : 00834723_000022


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Assa Traoré lance un appel contre la France dans le magazine « Jeune Afrique »
Next article Le royaume du Wakanda fait des émules
est journaliste et essayiste

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération