La justice française aurait pu classer sans suite depuis longtemps l’affaire de son frère Adama, mort d’essoufflement en tentant d’échapper aux gendarmes. La militante accentue sa rhétorique violente pour exciter ses partisans, et leur ressentiment contre la France.


Jeune Afrique se présente comme le premier groupe de presse du continent africain. Il diffuserait à plus de 40 000 exemplaires en France et à l’international, et publie dans 80 pays. Jeune Afrique offre également à ses lecteurs une édition numérique, présentée comme le premier site d’information panafricaine en ligne. Ce titre, édité à Paris, a été créé en 1960 à Tunis. Il est depuis longtemps reconnu comme une référence en matière d’information pour l’Afrique. Ainsi, une diffusion sur Jeune Afrique c’est la certitude de toucher un large public, dans toute l’Afrique, y compris le Maghreb, sans compter les reprises partout dans le monde. 

A lire aussi: Anticor, tu perds ton sang-froid

Assa Traoré, une figure incontournable?

Madame Traoré, figure désormais incontournable de « l’antiracisme » et de la lutte contre « les violences policières », dirige un comité, créé au départ pour demander la vérité sur les circonstances du décès de son frère Adama lors d’une interpellation par les gendarmes en 2016. Mais très vite elle a poussé de plus en plus loin la critique et appelé à l’action contre un racisme et des « violences policières » qualifiés de « systémiques », composant une figure de passionaria qui fascine jusqu’aux bien-pensants américains, le Time lui ayant récemment offert la consécration, la propulsant au rang de référence morale et mondiale de la lutte pour le Bien et la défense des opprimés.

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite