Plus que le critique, le comédien, le musicien et le danseur, c’est l’ouvreuse qui passe sa vie dans les salles de spectacle. Laissons donc sa petite lampe éclairer notre lanterne !


Vous avez les bons soldats – Vieilles Charrues, Chorégies d’Orange – morts sous les ordres du Général Sanitaire. Vous avez les astucieux – Puy du Fou, Roque d’Anthéron – qui ont attendu la déconfinade pour refaire surface. Vous avez les prudents qui, comme le Tour de France, ont remis à septembre. Vous avez les farces genre Avignon : festival in liquidé pour cause de ministre aux fraises ; festival off réanimé vu qu’il s’en cogne, du ministre. Vous avez les salles qui bricolent, les acteurs qui poussent, les musiciens qui tirent.

Et vous avez l’Opéra de Paris. Gilets jaunes, grèves… fermé tout l’hiver. Au bout du tunnel, cadeau du patron Stéphane Lissner : le Ring de Wagner. Énorme, le Ring. Excellent pour l’ego. M. Lissner s’en était offert un au Châtelet en 1995, un autre à Aix-en-Provence en 2006. Le Ring, c’est sa couronne. Commencent donc à l’Opéra Bastille les répétitions du prologue, L’Or du Rhin. Pas de gilet, pas de grève, tout baigne. Et vlan ! Covid. Le Rhin tombe à l’eau. La Walkyrie aussi. Les deux épisodes de rentrée, pareil. Pour finir, le dirlo annonce dans Le Monde du 13 juin qu’il rompt son contrat avec six mois d’avance, au prétexte que ce sera mieux pour la santé de son successeur Alexander Neef.

À lire aussi : Comment en est-on arrivé à exposer deux pneus de tracteur dorés à l’Opéra Garnier?

En réalité signor

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Été 2020 – Causeur #81

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite