Si Londres, Berlin, Barcelone ou même Lisbonne sont branchées sur 100 000 volts jour et nuit, Paris s’enlise lentement mais sûrement dans une torpeur gentryfiée que rien ne parvient à secouer. Paris-Plage et le Vélib ont été certes copiés partout, mais un bac à sable et une bicyclette grise ne font plus rêver personne.

Pour se relancer et attirer au passage les touristes branchés, Bertrand Delanoë a donc eu l’idée du siècle. Enfin, au moins pour attirer ceux qui étaient jeunes au siècle dernier. Il compte sur les E-cimetières high-tech pour ressusciter le gai Paris. Rien qu’en touchant des écrans tactiles, on pourra retrouver en un instant un vieux copain, une grand-tante ou un chanteur qui montât, avant de redescendre sous terre. Jean Sablon, Berthe Silva ou Jim Morrison doivent s’en retourner de plaisir dans leurs tombes.

Autres concepts enthousiasmants sélectionnés par Monsieur le Maire dans le cadre de son « appel à projets Mobilier Urbain Intelligent », des bornes vous indiqueront où trouver le prochain banc pour soulager votre arthrose et des hamacs équipés d’internet vous attendront sur les Champs-Elysées en cas de paralysie rhumatismale subite. Paris, capitale mondiale de la gériatrie, ça c’est un slogan champagne. En même temps, que celui qui n’a jamais soigné son électorat d’E-vieux lui jette la première pierre, tombale, ça va de soi…

Lire la suite