Un livre pour enfant, Je fais mes masques, accusé de faire une apologie du Blackface, met en difficulté la librairie Le-Monte-en-l’air à Paris


Sur les hauteurs de Belleville, la librairie Le-Monte-en-l’air suit toutes les modes de la gauche culturelle : décolonialisme, féminisme, anticapitalisme. À la mi-mai, l’un des deux gérants du lieu a pourtant épouvanté son monde en publiant sur la page Facebook du magasin des images du livre pour enfants Je fais mes masques. Clin d’œil involontaire à l’actualité sanitaire, la couverture de cet ouvrage de 1931 réédité en 2006 montre deux bambins brandissant des masques : l’un à visage de Japonaise, l’autre à la face d’Africain. Blackface ! Tout de go, des commentateurs dénoncent l’insoutenable racisme des images. Acculée par sa clientèle virtuelle, la libraire supprime la publication. Comme le raconte sur Facebook son collègue du Monte-en-l’air Guillaume Dumora, un commentaire « particulièrement virulent laissait entendre que nos livres décoloniaux, c’était pour faire du business et que nous n’

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2020 – Causeur #80

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite