Home Monde Gauche belge: vivre ensemble, mais sans les Juifs?


Gauche belge: vivre ensemble, mais sans les Juifs?

Quand le vote musulman passe avant le reste

Gauche belge: vivre ensemble, mais sans les Juifs?
Le dirigeant socialiste blege Elio Di Rupo alors Premier ministre, Liège, 2014. Sipa. Numéro de reportage : AP21606028_000016.

En Belgique, entre la lutte contre l’antisémitisme et leur réélection, certains dirigeants socialistes ont (mal) choisi.


De petite phrase en petite phrase, d’allusion à insinuation, la campagne électorale belge poursuit son cours. Et la petite musique qui s’en dégage devient de plus en plus inquiétante. Ainsi, le président du Parti socialiste Elio Di Rupo, a déclaré : “La Belgique ne peut pas être gouvernée comme elle l’est aujourd’hui : uniquement pour les plus riches et les plus puissants. C’est une Belgique des diamantaires anversois qu’on a aujourd’hui alors que nous avons besoin d’une Belgique plurielle.” Et comme chacun sait, on trouve bien peu de Berrichons parmi les diamantaires anversois

35 000 contre 600 000 : le match est plié

Petit parti faisant office de strapontin au même PS, DéFi s’est également fait remarquer par un tweet de son ancien président, Georges Clerfayt, après que de nombreuses voix se sont étonnées du choix de Ken Loach comme docteur Honoris Causa de l’ULB au vu de ses prises de position qualifiées d’antisémites: “Ken Loach a bien mouché Ch.Michel[tooltips content=”Le Premier ministre belge Charles Michel”]1[/tooltips] à l’ULB, lequel a raté une fois de plus l’occasion de se taire! Quand pourra-t-on l’entendre s’élever contre les crimes d’Israël (sic) envers les Palestiniens? Il est vrai qu’en Belgique, les électeurs juifs sont beaucoup plus nombreux!”. Propos grotesque, d’ailleurs si l’on sait que la Belgique totalise environ 35 000 Juifs contre 600 000 citoyens d’origine arabo-musulmane.

Ces deux déclarations, assez atterrantes, à quelques jours d’intervalle, ont secoué la Belgique et agité les réseaux sociaux. Elles sont d’autant plus hallucinantes qu’au même moment, sur l’autre rive du Quiévrain, 300 intellectuels, artistes ou élus français ont signé un manifeste dénonçant le nouvel antisémitisme porté par une certaine lecture de l’islam…

La chasse aux sorcières n’est pas la solution

Qu’en conclure ? Soit nous nous acheminons vers une nouvelle chasse aux sorcières, traquant les traces d’antisémitisme dans les déclarations les plus anodines. L’humoriste Laura Laune en a fait les frais, pour une blague de potache, ciblée comme antisémite, alors qu’elle dézingue toutes les confessions avec une identique causticité. Soit les partis, s’adonnant au clientélisme électoraliste en vue de récolter les voix musulmanes ont été largement contaminés par cet antisémitisme coranique dénoncé en France.

Quoi qu’il en soit, il convient de rappeler que si les Juifs sont très minoritaires en Belgique, ils sont sur-représentés parmi les victimes des agressions à caractère raciste.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Normale Sup: l’école (aussi) occupée par l’écriture inclusive
Next article Université: la révolte des bac + zéro
Romancière et scénariste belge, critique BD et chroniqueuse presse écrite et radio. Dernier roman: Sophonisbe.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération